Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

musique

Marie Mifsud,

27 Juin 2020, 09:27am

Publié par Parisianne

Marie Mifsud,

Impossible de partager la clip, OB refuse depuis plusieurs jours, je vous invite donc à aller sur le site internet de Marie Mifsud ou cliquer sur le lien suivant pour écouter Amusette, c'est pétillant à souhait !

Marie Mifsud
Nouvel album Récif
Sortie le 21/08 chez L'Autre Distribution / Ebullissons
En concert le 16/09 au Studio de l'Ermitage, Paris
 
Marie Mifsud ne cesse de nous surprendre. Avec elle, ça danse, ça pétille. Timbres et couleurs s’entremêlent, scat, pop, rock, élans lyriques et intimes le tout au service de l’instant avec le public.
Après l'album Là, qui l'a révélée en 2017, la chanteuse est finalement de retour le 21 août pour la sortie de l'album Récif, et sa Release Party le 16 septembre au Studio de l'Ermitage à Paris.
Inspirée par des artistes aussi divers que Camille, Björk, Leïla Martial, Carmen McRae, Nina Simone, Sanseverino, Catherine Ringer, Serge Gainsbourg, Nina Hagen, Lhasa, Beth Gibbons et bien d’autres, Marie Mifsud laisse s'entrechoquer les styles tout au long de ce disque très inspiré.
Sur Récif, on retrouve l'équipe de choc du précédent album : Marie Mifsud au chant, Adrien Leconte à la batterie, Tom Georgel au piano et clavier, Quentin Coppalle à la flûte, Victor Aubert à la basse, et sur deux titres, un invité de choix, Pierrick Pédron au saxophone.
Nouvel extrait de l'album, on découvre le clip d'Amusette : "Un petit amusement autour du style musette. Son texte est une bagatelle autour de la théorie de la gravité de Newton en jouant sur le concept et le transposant sur une relation entre deux personnes..."
Marie Mifsud,

 

Enregistré et mixé en mars 2019 au Studio Recall par Philippe Gaillot, ingénieur du son plusieurs fois nominé aux victoires du Jazz, Récif a été créé à quatre mains avec son alter ego Adrien Leconte. En plus d’être le batteur du groupe, Adrien Leconte compose sur mesure pour la voix de Marie Mifsud avant que la matière musicale soit maniée et sublimée par le tandem. Les mots, à leur tour, seront le fruit de dialogues et de recherches entre les deux artistes. Le flûtiste Quentin Coppalle, le pianiste Tom Georgel et le bassiste/contrebassiste Victor Aubert constituent le reste de l’équipage. Sans oublier l’invité, le saxophoniste Pierrick Pédron qui souffle chaud sur deux morceaux dont le crescendo d’Au fur et à mesure évoque un orage qui gronde, un slow tempo qui finit en danse, en transe. Au delà des mesures.
Marie Mifsud et son groupe s’en donnent à cœur joie, sautant de la cour de récré aux volutes de fin de soirées, comme sur la bagatelle qui porte bien son nom Amusette.
L’album s’ouvre et se referme sur un souffle. La vie condensée en un album, calée sur un fil conducteur - Interlude Ré1 et Postlude Ré2 -, dans lequel Marie Mifsud esquisse un sanglot.
L’ensemble s’intitule Récif, un enchaînement de matières, de plages musicales, qui forment un tout, une digue protectrice d’où scruter les horizons. « Cet album parle avant tout de la vie et des envolées d’émotions qui nous traversent. Ou comment trouver une harmonie dans tous ces contrastes », résume-t-elle.
 
Release Party le 16 septembre 2020 au Studio de l'Ermitage, et tournée dans toute la France.
 
Marie MIFSUD - voix, mots et musique
Adrien LECONTE - batterie, mots et musique
Tom GEORGEL- piano, clavier
Quentin COPPALLE - flûte
Victor AUBERT - basse, contrebasse
 

Voir les commentaires

Yves Carini

23 Juin 2020, 17:16pm

Publié par Parisianne

Yves Carini

Une reprise de William Sheller par Yves Carini, Xavier de l'Agence Attitude nous invite à écouter..

Et puisque nous sommes curieux, écoutons aussi la reprise du magnifique Hymne à l'Amour d'Edith Piaf.

Après tout ce peut être une manière de redécouvrir des oeuvres que nous connaissons parfaitement, qu'en pensez-vous ?

Yves Carini
 
Nouvel album The Way You Are
Sortie cet automne chez Quart de Lune
 
Yves Carini nous emmène en voyage avec le deuxième extrait de son nouvel album The way you are attendu pour cet automne. Il s'agit d'une reprise bossa-nova légère et romantique d'Un homme heureux.
Pour cette version, Yves Carini s'est entouré de Randy Waldman aux arrangements, au piano et aux claviers (Seal, George Benson, Beyoncé), Vinnie Colaiuta à la batterie, Kevin Axt à la basse et Larry Koonse à la guitare.
Après avoir dévoilé sa reprise d'Hymne à l'Amour, en version jazz symphonique, accompagné d'un orchestre classique de 40 musiciens, le crooner français est déjà de retour avec Un Homme Heureux, reprise de William Sheller. Le titre a été enregistré et mixé aux Studios Capitol à Los Angeles, mixé par Don Murray et masterisé par Bernie Grudman. On savoure l'art vocal tout en nuance et en retenue d'Yves Carini, avant la sortie de son très attendu troisième album.
 
 
Yves Carini a baigné dans la musique et le jazz dès sa plus tendre enfance. Son père, Jeff Carini, était le plus jeune compositeur de l’équipe d'Yves Montand. Yves Carini sort son premier album en 2005 sur le label Nocturne, “Un été parisien” qu’il vendra à plus de 15000 exemplaires, une performance pour un album jazz indépendant.
Yves sort un deuxième album “Midnight Rendez Vous” toujours chez Nocturne en 2007, avec entre autres le soutien de Philippe Saisse. Yves Carini passe alors beaucoup de temps sur ses terres d’origine, la Sicile et à Los Angeles. C’est en 2016 que Yves Carini se constitue une équipe pour son nouveau projet d’album “The way you are”. Il décide de mettre la barre haut, et prend l’option d’une production à l’américaine. En plein travail sur son répertoire, les enregistrements de maquettes, et la direction artistique, il reçoit un incroyable coup de pouce musical : Jorge Calandrelli, l’arrangeur/réalisateur de Tony Bennett, Andrea Bocelli, Stevie Wonder, Michael Bublé... est totalement séduit par sa voix et veut absolument faire partie du nouveau projet.
Se joindra à eux un deuxième arrangeur/producteur : Randy Waldman (Seal, Barbara Streisand, Beyoncé…). Le crooner français se retrouve ainsi avec une véritable “dream team” pour cet album, l’équipe (producteurs/arrangeurs, ingénieurs du son, musiciens) cumule et dépasse les 40 nominations aux Grammy Awards, une première pour un artiste français de jazz.
Après des mois de travail intensif de maquette, de coaching américain, de sélection de répertoire, Yves Carini se rend aux Capitol Studios, Hollywood, le studio de Frank Sinatra, Dean Martin entre autres. Les parties vocales sont réalisées en deux jours et demi, et la rythmique est enregistrée les autres jours. L’équipe présente est hors normes: Jorge Calandrelli qui dirige les séances, Randy Waldman, Christian Jacob, Vinnie Colaiuta, TomScott, Larry Koonse, Kevin Axt, Ray Brinker et à la console analogique, Don Murray. Le résultat sonore est phénoménal, sans compter une complicité de l’équipe à toute épreuve. Après l'Hymne à l’amour, reprise d’Edith Piaf, on peut découvrir un second extrait de l'album, avec Un Homme Heureux, signé William Sheller, avant la sortie du disque annoncé pour l'automne 2020.

Voir les commentaires

Aurus

19 Juin 2020, 18:41pm

Publié par Parisianne

Encore une découverte proposée par Xavier Chezleprêtre, Agence Attitude.

Pour être tout à fait honnête, je reste un peu sur la touche et ne suis pas totalement réceptive. Mais peut-être aurez-vous une autre perception et vos avis m'intéressent.

Aurus
AURUS
Sortie de l’EP
Disponible le 12 juin 2020 chez Sakifo Records
AURUS dévoile Scalp, nouveau single extrait de son EP. Ce titre traite de la charge mentale et du « Burn Out » avec lequel AURUS, ascendant hyperactif, a flirté plus d'une fois. 
Le clip de Scalp, réalisé par AURUS aka Bastien Picot lui-même, illustre à merveille cet état de turbulence où l’implosion semble à chaque instant imminente. Quand les événements sont hors de notre contrôle, la clé réside assurément dans notre façon de les accueillir et les intégrer, afin de ne pas arriver à saturation. 
A l'image de ce bouillonnement, ce morceau semble se remplir sans cesse, sans jamais déborder. Dans son évolution, il nous révèle une rhapsodie où harmonies vocales et caisses claires militaires s’empilent autour d’un riff de guitare contagieux.
Mêlant anglais et créole, pop et électro, hypnose et transe, le premier EP de l’artiste réunionnais Bastien Picot sous le nom d’AURUS s’impose par son inventivité et son questionnement du monde moderne.

AURUS, c'est un mirage moderne.

AURUS, c'est un mirage moderne. L'incarnation de nos contradictions. Après la polyphonie transgressive des 3somesisters, AURUS aka Bastien Picot distille dans ce premier EP le Maloya de ses racines dans un écrin pop orchestral et percussif, rappelant Nakhane, Peter Gabriel ou Woodkid.
AURUS a dévoilé son premier titre “Momentum” en mai 2019 avant de se produire à la Réunion au SAKIFO puis dans le cadre du Festival Opus Pocus, où il a présenté une formation polyphonique et éphémère: “AURUS Run” en s’entourant d’artistes reconnu.e.s de la Réunion, en 1ère partie d’Ibeyi.
A l’Automne 2019, AURUS a sorti “The Abettors”, un titre en duo avec Sandra NKAKÉ illustrant une prise de conscience, le douloureux réveil d'un système prenant le vivant pour acquis. Après des performances remarquées au MaMa, à l'Olympia en première partie de Vendredi sur mer, puis aux Bars en Trans, AURUS devient artiste Révélation du Chantier des Francos pour l’année 2020. Il sort son nouvel EP le 12 juin 2020 porté par les vidéos de Mean World Syndrome et Scalp.

Voir les commentaires

Vaiteani, Homai

16 Juin 2020, 18:16pm

Publié par Parisianne

Vaiteani, Homai

Nous avions déjà parlé de Vaitani et Luc, c'était en 2017 et c'était .

Ils reviennent et c'est une bonne chose, merci à Xavier Chezleprêtre de l'Agence Attitude, de nous offrir de les suivre. Je vous livre ci-dessous les infos complètes.

Mais le mieux reste de les écouter et de voyager avec eux.

Vaiteani, Homai
Vaiteani
 
Nouvel album Signs
 
Sortie le 20/11 chez Motu Hani / Believe
Vaiteani, le duo pop folk de Tahiti est de retour avec Homai, le 1er single de leur nouvel album : une basse hypnotique, du rythme et un clip où la danse est le seul mot d'ordre.
Deux ans après avoir révélé leur folk polynésien chanté en anglais et en tahitien sur un premier album couronné de succès, le couple revient avec l'album Signs, annoncé pour novembre prochain.
Inclassable, la musique de Vaiteani se découvre comme un archipel enchanteur. La voix ensorcelante de Vaiteani nous entraine dans un ailleurs spirituel et profond. Réalisé par David Grumel (The Pirouettes, Neeskens), l'album Signs convainc par sa grâce voyageuse et ses sonorités acoustiques où le folk et la pop voguent d'Océanie en Afrique et en Jamaïque.
Premier extrait, Homai nous surprend avec sa vibration afrobeat revue à la tahitienne. Un moment enchanteur que l'on pourra prolonger avec la sortie de l'album.

Ecouter les Vaiteani c'est comme voir de la neige tomber sur un lagon.

Ecouter les Vaiteani c'est comme voir de la neige tomber sur un lagon. C’est inattendu et c’est beau. Avec leur premier album sorti en 2017, ils nous ont conviés dans leur monde : des chansons folk en tahitien et en anglais, loin de tout cliché.
Un timbre de voix et des mélodies dont il est impossible de douter de la sincérité. Des textes forts mis en valeur par des arrangements qui rappellent la dentelle des élégantes robes que porte la chanteuse lors de ses concerts.
Aujourd’hui, les Vaiteani évoluent et font glisser leur «folk polynésien» originel sur les sentiers de la pop fluorescente et de l’électro fine. Une transposition accomplie avec beaucoup de grâce qui demeure fidèle à l’adn du duo.
Toujours l’anglais parfait et le tahitien ancestral pour parler. Un deuxième album ambitieux qui marque, plus que jamais, la fusion de deux identités. Le couple considère les chansons de ce deuxième opus comme les îles d'un archipel. Elles font partie d'un tout mais ont chacune leurs propres singularités, leur propre histoire...
Difficile de mettre une étiquette sur la musique de ces deux-là. Ce qui est sûr c'est que le lien se fait, tressé comme les motifs que l’on retrouve sur les tatouages polynésiens et que le monde s'est approprié. Nul doute que les Vaiteani connaîtront le même succès.

Voir les commentaires

Ariana Vadafari, Anahita

16 Juin 2020, 05:00am

Publié par Parisianne

Ariana Vadafari, Anahita

Une très belle découverte pour moi ce soir, grâce à Xavier de l'Agence Attitude. Ariana Vafadari et son dernier album Anahita. Je vous laisse regarder le trailer et vous invite ensuite à lire le texte de présentation de l'album. 

Ariana Vafadari
Nouvel album Anahita
Disponible le 19/06/2020 chez Quart de Lune
Ariana Vafadari revient le 19 juin 2020 avec l'album Anahita, à la frontière de la musique du monde, du jazz et du classique. Cet album d'une rare beauté témoigne du talent vocal et de la démarche philosophique d'Ariana Vafadari.
 
Formée au chant classique et diplômée du Conservatoire national de Paris, Ariana Vafadari a débuté sa carrière dans un répertoire exclusivement lyrique et se produit en tant que soliste en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et au Brésil. Imprégnée dans son enfance par la poésie et la philosophie zoroastrienne transmise par son père, la mezzo-soprano crée des passerelles entre musique traditionnelle iranienne, marocaine, jazz et musique classique occidentale. Elle s’inspire des gathas, poèmes écrits par le philosophe Zarathoustra il y a plus de 3700 ans.
Avec Anahita, Ariana Vafadari prône un retour à la nature et nous entraine dans une musique poétique capable de provoquer un éveil spirituel. Découvrez un bouquet de mélopées et d'incantations aux parfums de l'Orient.
La chanteuse franco-iranienne Ariana Vafadari a composé chaque morceau de l'album Anahita à partir des maqams ou gammes orientales. Il en découle une musique qui vibre en permanence entre ses fondements mystiques orientaux et son pendant lyrique occidental. Ariana Vafadari et ses musiciens poussent sans cesse les frontières musicales. Tout au long de l'album, Ariana Vafadari est accompagnée de Julien Carton au piano et aux arrangements, de Driss El Maloumi à l'ud, de Leïla Soldevila à la basse, et d'Habib Meftah Boushehri aux percussions.
Totalement en lien avec leurs origines culturelles et musicales, les musiciens ont été formés par la musique traditionnelle iranienne, ottomane, marocaine, par le jazz, la musique classique occidentale ou l’opéra, dans leurs improvisations et la pratique de leurs instruments, ils passent librement d’un univers à l’autre.
Anahita, s’inspire de l’histoire de la déesse iranienne des eaux, de la fécondité, des peuples et des vivants. Ce conte onirique met en scène une jeune femme qui, anéantie face à son paysage devenu stérile, prie la déesse dont elle porte le nom de redonner vie à son monde. Son échange mystique avec la déesse la pousse à se lancer à la recherche de l’eau d’Immortalité, puis à finalement trouver l’Amour.
 
Produite par Ariana Vafadari et Vincent Joinville, cette création musicale présente des morceaux et tableaux chantés en persan et français a été jouée en mars dernier au Musée du Quai Branly avec la participation de Fanny Ardant en récitante. Un véritable enchantement sonore, aussi apaisant que puissant. Un disque inoubliable.

Et ci-dessous le site officiel d'Ariana Vafadari, à visiter avec le son !

Voir les commentaires

June and the Jones

10 Mars 2020, 20:19pm

Publié par Parisianne

June and the Jones

June and the Jones

Nouvel EP Square The Circle

Merci à Xavier de l'Agence Attitude

Après avoir dévoilé le titre Dancing on the Moon il y a quelques semaines, June and the Jones sort le clip de Square the Circle à découvrir sur son nouvel EP.

Plus spontané que la précédente production du groupe, Square The Circle s’est nourri de l'expérience de la scène acquise par le trio. Le résultat est dansant, rythmique, efficace. Le dialogue entre les instruments vintage, les productions électroniques et les guitares laissent toute la place à la voix d'Alice. Mixé par Robin Leduc, Square the Circle montre que les trois frères et sœur de June and the Jones ont trouvé la formule parfaite avec leur pop mélodique aux rythmiques entrainantes.

Les grandes chansons pop sont souvent un parfait équilibre entre simplicité et complexité. C’est aussi cela qui les rend intemporelles. Avec sa pochette psyché à la Vasarely, cet EP réussit le pari d’apporter de la profondeur à ce genre musical parfois sous-estimé. C’est peut-être un peu pour cela que le groupe l’a baptisé Square the Circle, que l’on peut traduire en français par réaliser l’impossible et que l'on retrouve aujourd'hui en clip.

La musique de June and The Jones est un harmonieux mélange d’électro et d’instruments vintage, au service de mélodies entrainantes. Dessinons le portrait de famille. Il y a Hadrien, le pilier. Cet amateur de Jungle ou The Avener apporte son goût pour les productions actuelles et efficaces, sans effets de manche inutiles. Il y a Louis, le moteur, qui travaille à l’intuition. Influencé par Tame Impala ou Metronomy, cet ingénieur du son de formation a conçu tous les habillages sonores de ce nouvel EP. Alice, quant à elle, est la carte « atout » de ce jeu de famille. Amatrice de soul et de black-music, elle est l’ambassadrice du groupe. June, c’est elle et elle, c’est June. 

Square The Circle, c'est à dire réaliser l’impossible, c’est faire danser sans tomber dans la naïveté. C’est aborder certains sujets profonds comme l’amour, la famille ou la perte de repères, sans céder à la facilité d’écriture. L’EP Square The Circle s’ouvre ainsi sur le groove irrésistible de Dancing on the moon aux accents presque disco. Il s’achève avec Brother, balade planante et sensuelle où la voix d’Alice n’a jamais été aussi nuancée. Six titres mixés par Robin Leduc au studio Spectral, où tout a été fait pour garder l’auditeur en alerte.

June and the Jones

Voir les commentaires

Valentin Vander

9 Mars 2020, 20:08pm

Publié par Parisianne

Valentin Vander

Nouvel album Mon Etrangère

Disponible chez Hé Ouais Mec Productions

Merci à Xavier de l'Agence Attitude

Valentin Vander

Après 4 ans de tournée avec ses camarades des « Goguettes (en trio mais à quatre) », Valentin Vander revient en solo avec un second album pop et romantique : Mon étrangère.

Au programme : des chansons d’amour pleines de tendresse et de dérision, enrobées de guitare jazzy, de machines qui envoient de la pop électronisante, des nuages colorés qui pendent du ciel, des invités extraordinaires… 

Entre espièglerie, profondeur et constat éclairé sur les relations sentimentales qui lient les êtres, Valentin Vander insuffle une couleur mélodique très personnelle aux dix compositions.

Avec son deuxième album Mon étrangère, Valentin Vander creuse le sillon d'une chanson pop racée à l'élégance discrète. Il use d'armes de séduction massive, naviguant entre espièglerie et profondeur et insufflant à ses chansons une couleur mélodique qui capte dès la première écoute. Après L'écho du Bonheur, il dévoile le nouveau titre Elle Passe.

Valentin Vander, élevé dans une famille de musiciens, use d’armes de séduction massive tout au long de ce nouveau chapitre. Entre espièglerie, profondeur et constat éclairé sur les relations sentimentales qui lient les êtres, il insuffle une couleur mélodique qui capte dès la première écoute. On trouve alors, au gré des chansons qui jalonnent l’album, ce petit quelque chose d’unique dans sa personnalité joliment désabusée qui n’oublie jamais d’opter pour la dérision. Ici, les émotions priment et semblent inédites, comme si la mélancolie avait embrassé une forme de légèreté. Quand Va­lentin Vander ne s’amuse pas dans ses spectacles humoristiques « Les Goguettes en trio (mais à quatre) », il creuse le sillon d’une chanson pop racée à l’élégance discrète. Cet opus l’atteste sur chacune des dix plages qui racontent les atermoiements de l’amour, subtilement éclairés du halo des enjeux de notre temps. La fidélité, l’exclusivité, le caractère aléatoire des désirs : il caresse à chaque mesure l’espoir de trouver une réponse. Bien sûr, elle ne pointe jamais le bout de son nez. Alors Valentin Vander émet ses hypothèses avec douceur souvent, avec ironie parfois.

Encore plus que sur son premier album, L’audace ou la timidité, paru en 2015, la palette du chanteur se teinte ici d’humour et d’une lucidité malicieuse, quand il évoque les rencontres qui marquent : « La femme de ma vie vient de passer devant moi / je ne lui ai pas dit / on ne dérange pas les gens pour ça », peut-on entendre sur « La femme de ma vie », ritournelle douce-amère portée par des arrangements élégants d’une pop gracile. Valentin Vander convoque aussi un groove qui confine au funk sur « Elle passe », où la basse sautillante slalome entre des claviers vintages et colorés.

Sur « Les vieux qui s’aiment encore », il touche en plein cœur. Il évoque le temps qui file inexorablement. Il triture ce sentiment obscur tapi en chacun de nous : celui qui sait en secret que tout finira. Sans néanmoins jamais céder au pathos ni au pessimisme, Valentin Vander dodeline autour de nos émotions les plus enfouies, et transforme ses mélodies crève cœurs en joie pure sur des chansons qui semblent avoir toujours existé, comme « Mon étrangère » et ses motifs de piano aux allures de classique.

Retrouvez Valentin Vander sur Instagram et Facebook

Valentin Vander

Voir les commentaires

Féloche & The Mandolin' Orchestra

6 Mars 2020, 20:09pm

Publié par Parisianne

Féloche & The Mandolin' Orchestra

Féloche and The Mandolin' Orchestra

Dernier album, sorti le 14/02 chez Silbo Records / Absilone

Double concert le 30/04 au Trois Baudets à Paris

Un an après l'album Chimie Vivante, Féloche est de retour avec son nouvel album entouré du Mandolin' Orchestra.

Chanteur lumineux, facétieux et d'un romantisme digne de la littérature russe, Féloche revient avec un nouveau disque, mais cette fois, il n'est pas seul. Il a rassemblé autour de lui un orchestre exceptionnel de 18 mandolines. Cette formation inédite interprète son répertoire en le colorant d'une énergie nouvelle.

Le très attendu Silbo, du nom de ce langage sifflé de l'ile de La Gomera aux Canaries, y prend son envol comme un écho aux oiseaux restés là-bas. De chanson en chanson, c'est une autre façon d'être ensemble qui s'invente avec grâce. Avec ce nouvel album, vous voilà déjà plongés dans l’univers décalé de l’OVNI français Féloche.  Il reprend des grands titres de son répertoire et n’hésite pas à inviter à sa table Bourvil ou Léo Ferré pour un grand festin musical unique et jubilatoire ! 

 

En premier extrait, on retrouve Féloche et son Mandolin' Orchestra pour la reprise de L'Affaire Louis' Trio : Chic Planète.

Je rêvais d’un orchestre…. Un orchestre de mandolines ! Fantasme absolu puisque j’étais tombé en amour pour cet instrument. Ce serait un truc de mégalo (un orchestre quoi) mais qui ne se la péterait pas... puisque ce ne sont « que » des mandolines !

Féloche

Sur l'album Féloche and The Mandolin' Orchestra, on est immédiatement emporté par une ribambelle de mandolines qui mettent en musique la beauté des choses. Féloche est bel et bien un chimiste multi-instrumentiste adepte des expérimentations : vous voilà déjà plongés dans l’univers décalé de l’OVNI français Féloche. Il revisite son répertoire (Silbo, Darwin avait raison...), s'approprie le titre Chic Planète et n’hésite pas à inviter à sa table Bourvil ou Léo Ferré pour un grand festin musical unique et jubilatoire !

Féloche, avec sa sincérité à fleur de peau, sa voix unique et ses mandolines sautillantes, gagne le cœur du public dès les premières secondes de ce nouveau disque. Féloche est un musicien inspiré, ce qui en fait un chanteur éclairé. À chacun de ses spectacles, il invite la magie, fait émerger d’autres terres habitées, aux âmes implorées par ces sons dont il semble connaître la matière secrète. Féloche sera en concert aux Trois Baudets le 30 avril 2020 accompagné de son Mandolin' Orchestra pour deux séances : 19h et 21h.

 

Merci à Xavier de l'Agence Attitude

Voir les commentaires

Sarah Lancman

6 Mars 2020, 19:49pm

Publié par Parisianne

Sarah Lancman

Sarah Lancman, vous la connaissez, nous en avons déjà parlé il y a quelques temps, pour son album A contretemps, que vous pouvez retrouver en suivant le lien.

Merci à Xavier et à l'Agence Attitude qui me permettent de suivre cette chanteuse que j'aime beaucoup.

*****

Sarah Lancman annonce la sortie de son nouvel album Parisienne le 27 mars 2020 sur le label Jazz Eleven. La nouvelle grande voix du jazz français revient avec des chansons à la poésie enivrante pour son cinquième album entourée d’un line up de prestige : Giovanni Mirabassi (piano), Laurent Vernerey (contrebasse), Stéphane Huchard (batterie) ainsi qu’en invités spéciaux Pierrick Pédron (saxophone) et Marc Berthoumieux (accordéon). Après l'album Intermezzo qui rendait hommage à la musique italienne, Sarah Lancman chante en français et en anglais, des nouveaux titres composés par ses soins qui évoquent sa ville natale, Paris.

Sur le disque, Sarah Lancman reprend Parce que, un titre de Charles Aznavour, une des plus belles rencontres du début de sa carrière, et L'Hymne à l'Amour d'Edith Piaf, avec lequel elle clôt cet album porté par le lyrisme et le romantisme. Entre félicité et mélancolie, entre pureté et virtuosité, la voix d'or de Sarah Lancman nous revient avec le charme de ces dix mélodies parisiennes.

L’amour, le jazz, la chanson, ce n’est jamais aussi beau que lorsque se mêlent la félicité et la mélancolie, le sanglot et la jubilation, l’aube tragique et le crépuscule allègre. C’est exactement à cet endroit que Sarah Lancman écrit, compose et chante. Là aussi qu’on l’aime.

Bertrand Dicale    

Sarah Lancman a chanté sur tous les continents, posé ses mains sur des pianos de partout, et son nouvel album s’intitule Parisienne – elle est née vers Châtelet-Les-Halles. Cet autoportrait dans sa ville natale est aussi un manifeste, qui montre une chanteuse, autrice, compositrice et pianiste dessinant sa voie entre deux langues et plusieurs genres, entre enracinement et échappées.

Toute sa vie sensible joue ainsi d’intrications savoureuses, comme sa manière de passer du français à l’anglais et de l’anglais au français : ses nouvelles chansons "C’était pour toi" et "I Love You More Than I Can Sing" ont la même musique, mais deux propos bien différents.

En compagnie de son fidèle Giovanni Mirabassi au piano, de Laurent Vernerey à la contrebasse et de Stéphane Muchard à la batterie, avec des visites de Marc Berthoumieux à l’accordéon et de Pierrick Pédron au saxophone, elle déploie un art de l’enlacement soyeux mais vertigineux.

La soie, c’est sa voix grave, moirée, ductile. Le vertige, c’est parce que ses textes n’explorent guère que les intermittences du cœur. « J’ai du mal à écrire autre chose que des chansons d’amour », avoue-t-elle volontiers. Ivresses soudaines, tourments de la rupture, mélancolies obstinées, bonheurs fugaces : Sarah Lancman est bilingue dans sa traversée des amours, avec peut-être un peu plus de sensualité instinctive lorsqu’elle chante en anglais et « en français, une tendance à penser poétiquement ».

Des gourmandises à la Shirley Horn, la précision d’Helen Merrill, l’enjouement d’une Sarah Vaughan ? Tout cela, mais aussi de belles influences françaises, comme Charles Aznavour, qu’elle a rencontré alors que sa carrière se nouait et qui l’impressionne pour « sa force dans l’usage des mots. Un certain lyrisme, quelque chose de cinématographique dans la manière de parler de l’amour et de la vie. »

C’est en pensant à lui qu’elle a composé la mélodie de Ton silence, chanson d’après la séparation ou le deuil. Elle reprend aussi un grand classique des premières années de carrière d’Aznavour, Parce que, dans lequel elle retrouve « un goût du tragique qui correspond bien à [son] côté ashkénaze ». Le même tragique irrigue un grand classique de sa compatriote parisienne Édith Piaf, L’Hymne à l’amour, hyperbolique tragédie de l’amour fou auquel elle donne des couleurs résolument dignes.

SARAH LANCMAN : Voix, composition, au piano sur la piste 7 « Ton silence »

 GIOVANNI MIRABASSI : piano

LAURENT VERNEREY : contrebasse

STÉPHANE HUCHARD : batterie

Invités :
PIERRICK PEDRON : saxophone alto

MARC BERTHOUMIEUX : accordéon

 

Concert

Le 30 mars 2020 au Café de la Danse et en tournée

Voir les commentaires

Bastien Lanza

5 Mars 2020, 19:38pm

Publié par Parisianne

Bastien Lanza

Commençons en musique, merci à Xavier de l'Agence Attitude.

 

Après son premier album "2h du mat" marqué par un duo avec Francis Cabrel et plus de 250 concerts, Bastien Lanza, revient avec Bleu, un deuxième album dans lequel il confirme ses talents d’auteur-compositeur-interprète et affine son identité artistique.

 

Ce nouvel album Bleu mêle textes ciselés, mélodies folk et ambiances aériennes, s’inscrivant dans le sillon d’une chanson française décomplexée, entre tradition et modernité.

Pour son retour attendu, Bastien Lanza, pose un regard tendre sur les humains qui l’entourent.

 

Il y a quelques semaines, il nous dévoilait Viens, premier extrait qui nous entraînait dans son univers sensible aux parties de guitare ciselées. Bastien Lanza nous dévoile aujourd'hui L'ordre des choses, une balade épurée, qui aborde le sujet du deuil de façon, poétique.

 

 

Le 20 mars 2020, Bastien Lanza revient avec son second album Bleu, avec lequel il confirme ses talents d’auteur-compositeur-interprète. Né grâce au succès d’une campagne de crowdfunding, ce nouvel album mêle textes ciselés, mélodies folk et ambiances aériennes, à l'image de Viens, le premier extrait.

Originaire d’un petit village provençal, Bastien Lanza découvre Paris en 2011 lors de sa signature en maison de disques et devient, dans les années qui suivent, l’un des visages de la nouvelle scène.

 

Lauréat du « Trophée France Bleu » et du « Prix Voix du Sud » en 2013, il reçoit un triple disque de platine l’année suivante pour sa participation à l’album « Génération Goldman 2 » et intègre la programmation des Francofolies La Rochelle.

 

Excellent guitariste, Bastien Lanza trouve véritablement sa place en live, devant un public.

 

Grand Corps Malade et Renan Luce ne s’y trompent pas et l’invitent à partager la scène à de nombreuses reprises, tout comme Francis Cabrel, qui lui offre la première partie de sa tournée des Zéniths en 2016.

 

Avec « Bleu », Bastien Lanza pose un regard tendre sur les humains qui l’entourent.

 

Ses doutes et ses déceptions semblent toujours enveloppés d’un optimisme brûlant, qui surgit d’entre les lignes grâce à son sens de la formule.

 

Dans ce nouvel album finement travaillé, rayonnent son goût de l’absolu, ses élans passionnels et un désir de liberté omniprésent, à travers des chansons entêtantes où les arpèges portent les mots d’une façon résolument personnelle.

 

En Concert

Le 20/03/2020 à Paris au Nez Rouge

Le 28/05/2020 à Lyon Salle Paul Garcin

Voir les commentaires

1 2 > >>