Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

James Holin, Un zéro avant la virgule

2 Septembre 2016, 16:08pm

Publié par Parisianne

James Holin, Un zéro avant la virgule

Vous ne connaissez pas James Holin ? Mais si bien sûr, nous en avons parlé l'an dernier à propos de son premier roman Sacré temps de chien.

Après nous avoir entraînés sur les plages de Picardie, avant qu'elles ne deviennent celles des Hauts de France, après avoir exploré les fonds marins qui n'ensevelissent pas que des trésors, et nous avoir conduits dans le milieu des mareyeurs et des marins capables d'être aussi gouailleurs que mutiques ; James Holin dans ce second roman nous guide dans un univers plus feutré si l'on ne se fie qu'aux apparences et c'est la Normandie qui lui sert de cadre. Oubliez les pommiers en fleurs et les vaches paisibles, prenons la route dans une Morgane décapotable aussi racée et nerveuse qu'un pur-sang...

***

Entre Cour des comptes et Musée de sculpture contemporaine, si le silence est roi, les parfums peuvent vite devenir plus nauséabonds qu'une baleine crevée dès lors qu'argent et politique s'immiscent dans l'histoire - coctail reconnu pour être explosif, ce n'est une surprise pour personne... Ajoutez à cela les paillettes du festival du film Américain de Deauville, et vous aurez un brillant aperçu des bijoux de noirceurs que l'auteur prend un plaisir visible à décrire dans un style qui s'est affirmé depuis le premier roman. 

***

Jean-François Lacroix, magistrat scrupuleux de la Cour des comptes, se voit associé à la jeune et imprévisible Eglantine de Tournevire pour mener un contrôle au Musée de la sculpture contemporaine de Deauville, dirigé par l'envoûtante Madame Bokor. A peine sont-ils en place et plongés au coeur des ronds de jambes et autres superficialités d'usage lors de l'inauguration d'une sculpture réalisée par le père du maire en exercice, que l'agent comptable du musée s'écroule victime d'empoisonnement. Il n'en faut pas plus à la charmante Eglantine pour entraîner son collègue dans une enquête qui les sortira de leurs livres de comptes, secondés en cela par Arnaud Serano, le beau capitaine qui a tout pour plaire.

Détournements d'argent public, réseaux de prostitution, compromissions politiques, etc. tout est là pour ce beau monde et James s'amuse à brosser des portraits à l'acide.

D'une plume alerte et avec beaucoup d'humour, James Holin nous entraîne pour notre plus grand plaisir. Ses personnages, toujours nombreux, ne manquent pas de caractère, on se prend de tendresse pour le maladroit Lacroix et on ne peut que s'amuser de l'attention toute particulière portée aux femmes, fatales ou fatalement irrésistibles, que James met en scène avec un sens de l'observation incontestable.

L'auteur prend du plaisir à jouer avec les mots et les événements. C'est communicatif, la lecture est aisée alors pourquoi s'en priver ! L'écriture s'est affirmée je l'ai déjà dit, le rythme s'est accéléré, la fréquentation de l'hippodrome peut-être !

Vous aimez les polars ? Et bien vous savez ce qu'il vous reste à faire. A ne pas mettre entre toutes les mains toutefois, âmes sensibles s'abstenir, James à le sourire charmeur et le rire cruel !

 

 

 

James Holin, Un zéro avant la virgule

Voir les commentaires

Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton

30 Juillet 2016, 07:32am

Publié par Parisianne

Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton

"La couleur n'est peut-être pas le seul élément qui permette de faire exister l'oeuvre, mais c'est celui qui vient en premier à l'esprit." Daniel Buren

Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton

Vous m'aviez suivie l'an dernier dans ma découverte de ce navire flottant sur le Bois de Boulogne qu'est la Fondation Vuitton, conçue par l'architecte Franck Gehry.

Je vous invite à y retourner aujourd'hui pour une promenade dans L'Observatoire de la lumière, conçu par Daniel Buren.

Il y a quelques années, Daniel Buren s'était approprié la verrière du Grand Palais pour y faire parler ses couleurs, à l'occasion de Monumenta. Depuis le printemps, ce sont les voiles de verre de la Fondation Vuitton qui accueillent ses jeux avec la lumière, une façon très intéressante de dialoguer avec le bâtiment conçu par Franck Gehry, l'environnement naturel du Bois et bien entendu, ce roi soleil qui s'est fait remarquer par ses nombreuses absences en ce printemps 2016.

 

Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton

La beauté de ce bâtiment réside dans les jeux de transparence et de reflets, et en "version blanche", c'est déjà très impressionnant mais quand les couleurs répondent aux variations de lumière c'est une autre forme d'enchantement.

Daniel Buren est intervenu uniquement sur les voiles de verre, rappelons que cela représente 3600 panneaux de verre de formes différentes. 4884 lés de film PVC ont été installés. Couleurs claires au nord, plus sombres au sud, qui se rencontrent sans se chevaucher. Nous avons donc des bleus, des verts, des rouges, clairs et foncés, mais aussi du rose, du jaune et du orange. Et tout cela se répond pour le plus grand plaisir des visiteurs et souvent la surprise de ceux qui observent de loin ce magnifique édifice.

Je vous laisse regarder, les photos parlent d'elles-mêmes, mais le mieux est encore d'aller sur place !

 

 

Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton
Daniel Buren, L'Observatoire de la lumière à la Fondation Vuitton

Voir les commentaires

Silence

27 Juillet 2016, 08:20am

Publié par Parisianne

Silence

Chaque semaine, bientôt chaque jour de nouveaux événements tragiques se déroulent à notre porte.

Sous prétexte d'information on nous matraque la peur et la violence.

Je préfère le silence, il n'exclut ni les questions ni la colère mais refuse les tragiques effets d'une publicité outrancière. 

En communion de pensée avec ceux qui souffrent.

Voir les commentaires

Des livres à écouter

20 Juillet 2016, 07:00am

Publié par Parisianne

Des livres à écouter

Bonjour à tous,

Un mot pour vous tenir informés de l'actualité d'ABS Multimédias et de la mienne puisque Rama a eu la gentillesse de publier trois de mes nouvelles en livres numériques et livres audio.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez donc trouver ces textes regroupés en un recueil sous le titre de Saisir l'Instant, sur le site d'ABS en version numérique, vous trouverez les liens vers Fnac Kobo, Amazon Kindle ou Ibook mais également en version ausio sur Audible, ou encore Book d'Oreille

 

La version audio lue par Véronique Groux de Miéri a été pour moi un grand moment d'émotion, je la remercie d'avoir su  s'approprier mes mots avec tant de talent.

Je remercie très sincèrement Rama pour le mal qu'il se donne pour diffuser nos textes et vous invite à partager son site, il y a des textes en libre écoute, et d'autres livres audio. N'hésitez pas. 

 

Voir les commentaires

Pas de mots

19 Juillet 2016, 18:45pm

Publié par Parisianne

Pas de mots

Je n'ai pas de mots pour dire l'horreur.

Il y a fort à craindre que sur cette toile grâce à laquelle des amitiés se sont nouées, certains aient été éprouvés par le drame de Nice comme d'autres avant par celui de Paris ou de Bruxelles mais tous ceux aussi bien plus éloignés et dont nos médias ne parlent que peu.

Je veux simplement dire mes pensées les plus sincères aux victimes, aux familles et à tous ceux qui ont souffert, souffrent et souffriront encore de la folie de quelques uns. 

Je n'ai qu'un mot à dire, ce simple mot croisé sur un mur à Paris, VIVRE, c'est la seule réponse à donner pour lutter contre la barbarie.

Prenez soin de vous.

Amitiés

Anne

 

 

Voir les commentaires

Jour de pluie,

12 Mai 2016, 07:24am

Publié par Parisianne

Et quand la pluie s'invite, l'ombre revient à la couleur !

 

I'm singing in the rain !

Jour de pluie,
Jour de pluie,
Jour de pluie,
Jour de pluie,

Voir les commentaires

La jungle dans la ville

10 Mai 2016, 19:10pm

Publié par Parisianne

La jungle dans la ville

Quand on ouvre grand les yeux forcément on fait de drôles de rencontres ! 

La jungle dans la ville

Alors, quand j'ai croisé sur mon chemin une ménagerie improbable, je me suis arrêtée pour regarder de plus près.

La jungle dans la ville
La jungle dans la ville
La jungle dans la ville

Et je suis repartie en chantonnant ! 

"Y'a d'la joie..."

La jungle dans la ville

Voir les commentaires

Ravel, le Boléro à découvert

3 Mai 2016, 21:14pm

Publié par Parisianne

Ravel, le Boléro à découvert

L'oeuvre de Ravel est tombée dans le domaine public, tout le monde (ou presque) aura entendu cette information ces derniers jours.

Cette oeuvre, connue de tous, et dont le compositeur dit  "Je n'ai écrit qu'un seul chef-d'oeuvre, le Boléro, malheureusement, il ne contient pas de musique " fait partie des oeuvres les plus jouées au monde. 

Né d'une commande de la danseuse Russe Ida Rubinstein qui souhaitait une musique pour un ballet  d'inspiration espagnole, le Boléro est monté à l'opéra Garnier le 22 novembre 1928. Ida Rubinstein en danseuse de flameco ne laissa pas le public indifférent. Le Boléro entrait en scène ! Son succès ne se démentira pas et l'oeuvre verra de multiples interprétations et réinterprétations.

Aujourd'hui, si ce morceau célèbre, et un peu entêtant, fait naître des images de la chorégraphie de Maurice Béjart ou du film de  Claude Lelouche, l'histoire de la succession de Maurice Ravel, mort en 1937, fait également couler beaucoup d'encre.

Mais peu importe la querelle des héritiers, le Boléro restera dans nos esprits ce chef d'oeuvre d'orchestration que je rêverai pour ma part de "voir jouer en vrai", ou mieux en répétition comme me le suggérait un "maître de musique" qui m'en a offert une version fredonnée en duo qui restera un joli moment gravé dans ma mémoire.

 

Voir les commentaires

Petite chronique des Yeux ouverts !

2 Mars 2016, 22:18pm

Publié par Parisianne

Petite chronique des Yeux ouverts !

Ici au moins nous n'avons pas qu'un oeil ouvert mais les deux en même temps !

Ce qui fait que malgré mes absences prolongées la communauté s'agrandit et nos voilà maintenant 46 blogs ! 

Je dispose de peu de temps pour passer chez tout le monde mais j'aime bien flâner ici ou là quand je le peux et découvrir vos espaces.

Certains se sont vu refuser l'accès à la communauté, je n'accepte pas les sites marchands ni les auteurs seulement préoccupés de leur promo.

A tous les autres je souhaite la bienvenue et merci pour la variété des sujets présentés.

Amicalement

Anne

 

 

 

Voir les commentaires

Faire le mur aux Arts décoratifs

2 Mars 2016, 21:28pm

Publié par Parisianne

Faire le mur aux Arts décoratifs

Le musée des Arts décoratifs présente jusqu'en juin une exposition au thème original : Faire le mur, quatre siècles de papiers peints.

Apparu fin XVIIIe, le papier peint verra son "âge d'or" au XIXe. 

C'est non seulement un objet décoratif mais aussi le reflet d'une culture, d'un art de vivre. 

D'abord décor partiel, il recouvrira peu à peu l'ensemble des murs dans une variété de motifs très intéressante. Entre les trompe l'oeil, les motifs floraux ou exotiques, les scènes antiques ou encore les reproductions architecturales, l'imagination des dessinateurs n'avait pas de limites.

Il y en a pour tous les goûts !

 

 

 

Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs

Si vous êtes curieux et que vous avez l'occasion d'aller visiter le très beau musée des Arts décoratifs, passez voir cette expo, rien que pour le plaisir des yeux cela vaut le détour !

Vous reconnaitrez ci-dessous les Nanas de Niki de Saint Phalle et le personnage de Folon.

Faire le mur aux Arts décoratifsFaire le mur aux Arts décoratifsFaire le mur aux Arts décoratifs

L'exposition pêche cependant par le manque d'explications. Quelques fiches descriptives sont à la disposition des visiteurs mais il est très compliqué de s'y retrouver dans la pénombre et aucune information n'est donnée sur les techniques de fabrication, ce qui est fort dommage.

Le classement n'est pas non plus chronologique, il faut donc une attention très forte pour tenter de distinguer les modèles les plus anciens.

 

Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs
Faire le mur aux Arts décoratifs

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>