Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture

16 Septembre 2015, 21:30pm

Publié par Parisianne

Henri Matisse - Atelier Bony - Chapelle du Rosaire du couvent des Dominicains à Vence

Henri Matisse - Atelier Bony - Chapelle du Rosaire du couvent des Dominicains à Vence

Il pleut, il fait gris, l'automne s'annonce ? Vite, vite, il est encore temps de vous rendre à la Cité de l'architecture pour faire le plein de couleurs.

Jusqu'au 21 septembre, La Cité de l'architecture et du patrimoine expose le vitrail contemporain.

Contemporain veut dire de 1945 à nos jours. Suite à la Seconde Guerre mondiale, de nombreux édifices religieux ont vu leurs vitraux dégradés voire anéantis. La question se pose alors de restaurer, refaire à l'identique, ou bien de proposer à des artistes contemporains de s'approprier les lieux et de leur donner un nouvel éclairage.

Des noms aussi connus que Chagall, Matisse, Soulage ou encore Braque et Le Corbusier apparaissent alors dans les édifices religieux, montrant que l'art du vitrail n'est plus réservé aux  seuls croyants et que l'on peut également envisager des vitraux non figuratifs.

Enfin, l'évolution verra des bâtiments civils, publics ou privés, s'orner de vitraux rivalisant de couleur et de techniques.

Il va sans dire que faire accepter des vitraux contemporains dans des lieux aussi prestigieux et symboliques que Conques ou les cathédrales de Metz et de Nevers (1052 m2 de vitraux) ne s'est pas toujours fait sans quelques heurts et de nombreuses polémiques, mais l'aboutissement est là, dans une variété de démarches spirituelles ou purement esthétique et un déploiement de techniques qui évoluent bien sûr au fil des évolutions technologiques jusqu'à envisager un traitement informatique et l'utilisation de poudres de verres déposées en plusieurs passages par une imprimante sur du verre blanc (Gérard Collin-Thiébaut).

Georges Braque Chapelle St Bernard de la fondation Maeght atelier Simon Marcq

Georges Braque Chapelle St Bernard de la fondation Maeght atelier Simon Marcq

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Carole Benzaken - Eglise Saint-Sulpice de Varennes-Jarcy (Essonne) - Atelier Duchemin

Carole Benzaken - Eglise Saint-Sulpice de Varennes-Jarcy (Essonne) - Atelier Duchemin

Carole Benzaken remporte le concours pour l'église Saint-Sulpice de Varennes-Jacy en 1998. Elle est très inspirée par Matisse et le motif végétal qui traduit selon elle "une foi luxuriante et sensuelle".

Avec les Ateliers Duchemin et Gilles Rousvoal, elle a travaillé en verres plaqués gravés à l'acide afin de réduire le nombre de plombs.

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture

Les quelques exemples ci-dessus sont plutôt figuratifs. Ce n'est pas toujours le cas.

Ci-dessous, Composition de Serge Poliakoff, réalisé pour l'exposition Art français de Montréal en 1963. 

Et ensuite, fragment de l'Eglise du souvenir à Berlin par le peintre verrier Gabriel Loire. Choix du "Bleu de Chartres", l'artiste associe un bleu outre-mer pour le mur extérieur à un bleu au cobalt pour le mur intérieur afin d'exploiter la "superposition des vibrations" et ainsi créer des nuances de grande richesse.

Serge Poliakoff - Atelier Simon Marq

Serge Poliakoff - Atelier Simon Marq

Gabriel Loire claustras en dalles de verre Eglise du Souvenir à Berlin - Atelier Loire

Gabriel Loire claustras en dalles de verre Eglise du Souvenir à Berlin - Atelier Loire

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture

Enchevêtrement de lignes pour Composition de Maria Helena Vieira da Silva à l'église Saint-Jacques de Reims par les ateliers Simon Marq où l'artiste venait peindre elle-même sur le verre.

Maria Elena Vieira da Silva - Atelier Simon Marq

Maria Elena Vieira da Silva - Atelier Simon Marq

L'évolution des techniques offre aussi de nouvelles possibilités. Les artistes travaillent alors sur la qualité du verre, le grain mais aussi sa transparence ou son relief. Le verre peut ainsi être peint, imprimé ou moulé au gré des inspirations.

Les photos des verres moulés ne rendent rien, regardez seulement celles-ci, de l'église abbatiale de Saint-Gildas-des-Bois en Loire-Atlantique. Pour évoquer le saint patron de l'église, Gildas invoqué pour la guérison des maladies mentales, l'artiste Pascal Convert, en collaboration avec le maître d'oeuvre Jean-Dominique Fleury et le verrier Olivier Juteau, utilise des photos d'enfants malades, les transposes en bas-reliefs de plâtres pour finir en ronde-bosse de cristal (selon une technique mise au point par René Lalique). Le résultat est surprenant. Personnellement, je trouve cela plutôt dérangeant.

"Ces vitraux, sans lien avec le récit biblique, montrent une Eglise engagée et soucieuse de dénoncer le sort de ces enfants devenis objets d'étude et condamnés par la société à une immense solitude au prétexte de travaus scientifiques."

 

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture

Il y aurait encore beaucoup à dire, sur Matisse, Chagall et Soulage notamment, et à montrer, ce serait trop long.

Je ne peux qu'inviter les parisiens à aller voir cette exposition et pour ceux que ça intéresse, le catalogue de l'expo est très beau et très intéressant.

Pour conclure, une série d'images 

George Ettl, l'Apocalypse - Atelier Thomas

Gérard Garouste, Le couronnement de la Vierge - Atelier Parot

Jean-Michel Alberola - La création du monde - Atelier Duchemin

Jacques Le Chevalier, pour le choeur de l'église Saint-Pierre de Borny - Atelier Le Chevalier 

 

Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture
Le vitrail contemporain à la Cité de l'architecture

Voir les commentaires

James HOLIN, Sacré temps de chien

16 Septembre 2015, 05:19am

Publié par Parisianne

Saint-Valéry-sur-Somme

Saint-Valéry-sur-Somme

 

Sacré temps de chien est le premier Polars en Nord publié par James Holin aux éditions Ravet-Anceau, et ce n'est sûrement pas le dernier, à voir la maîtrise dans l'art de nous mener en bateau dont fait preuve l'auteur !

Deux cadavres sont repêchés en Baie de Somme et voilà que s'ouvre une enquête qui semble réserver bien des chausse-trappes à ceux tentés d'y mettre leur nez. Cela n'effraie pas pour autant Mireille Panckouke qui soigne ses maux au Courrier Picard après avoir été grand reporter pour la presse parisienne.

Revenue dans sa Baie de Somme natale, Mireille vit un peu à l'écart à Saint-Valéry-sur -Somme avec sa fille Julie et son compagnon intermittent, Alexandre Hauterives, critique cinématographique, avec qui elle entretient une relation décalée.

Sollicitée par son ancien mari et père de Julie -qui n'est autre que le rédacteur en chef du Courrier Picard- Mireille se trouve dans l'obligation contrainte de couvrir la campagne électorale d'un parachuté au doux nom de Mirlitouze, candidat du centre pour les élections législatives. Mais la journaliste est plus préoccuppée par la découverte de deux plongeurs de l'association écologique Mare Nostrum dont les corps ligotés ne laissent aucun doute sur le caractère criminel de leur mort. 

Alors que le major Lécuyer de la police maritime ne semble pas pressé de résoudre l'affaire, malgré un nouveau cadavre, et que "le gros Leleu" surfe sur sa notoriété et ses appuis, Mireille fouine, bientôt aidée en cela par un ex tolar venu régler ses comptes avant de prendre le large. 

Les personnages sont agréablement vivants, on se surprend à éprouver une sympathie agacée pour le chauffeur de taxi Maxime Pankratov et une certaine compassion pour le brave Tonio, on se méfie des regards fuyants du major et des grands airs de Hauterives mais aucun ne laisse indifférent, même les chiens qui sortent par tous les temps !

Mais au-delà de tous ces hommes et (rares) femmes qui jalonnent ces pages, la plus belle figure au féminin est bien la Baie de Somme. L'auteur connaît parfaitement la région et nous en donne toutes les saveurs et tous les parfums. Pour qui aime cet endroit, c'est un bonheur et pour ceux qui ne connaissent pas, forcément ça doit donner envie ! Les informations sur l'ensablement, la pêche, la chasse etc. tout est évoqué avec un sens précis de la documentation. 

Pour ce premier roman, James Holin sait parfaitement nous prendre dans ses filets et le plaisir de lecture est là même si l'écriture pourrait être un peu plus vive parfois.

Un début prometteur qui joue sur tous les tons, du tragique au comique en passant par la caricature, pour un roman à lire et un auteur à suivre.

Voir les commentaires

93 cœurs pour un Mariage et des rêves d'enfants

14 Septembre 2015, 21:00pm

Publié par Parisianne

93 cœurs pour un Mariage et des rêves d'enfants

Bonjour à tous, 

vous pourrez ci-dessous lire le message de Quichottine, à l'origine de ce beau projet. 

Pour réaliser le plus grand nombre de rêves d'enfants malades, nous avons besoin de vous. 

Merci de partager, de parler autour de vous de ce projet, pour voir briller les yeux des enfants.

 

***

Nous sommes 170 auteurs et illustrateurs à avoir participé depuis Avril 2011 aux projets en faveur de l'association Rêves qui permet à des enfants gravement malades de réaliser leur rêve grâce aux droits d'auteurs et les bénéfices divers générés par nos 4 livres (anthologies éphémères) publiés à ce jour :

Parmi nous, des personnes de nombreux pays et horizons, de tous les âges (neuf ans à plus de quatre-vingts) déjà connues dans leur domaine, dans leur art (artistes, photographes, peintres, sculpteurs, écrivains) et puis d'autres, anonymes qu'on ne connaîtra jamais que sous les pseudonymes qu'ils se sont choisis.

 

Chaque fois que nous avons réussi à faire sourire un enfant, nous en avons été immensément heureux. Depuis notre premier livre, cinq rêves ont déjà été réalisés, un autre est en passe de l'être, près de 8000 euros ont été versés à l'association Rêves

Nous sommes particulièrement fiers de notre nouveau-né : Le Mariage.

Ce livre de 334 pages sur lequel nous avons travaillé depuis février 2012 représentait un défi supplémentaire en ne nous contentant pas de rassembler des textes indépendants mais en écrivant une véritable histoire, celle du mariage de Marie et Clément et de toutes les personnes qui y ont assisté et qui confient leurs sentiments, leurs souvenirs au contact des mariés.

Chaque auteur a créé son personnage, lui a donné vie. Ceci a nécessité une communication par courriel entre les différents auteurs et une relecture attentive des coordinateurs pour assurer la cohérence du tout. Les illustrateurs avaient une contrainte : travailler en noir et blanc, pour diminuer le coût du livre.

Nous souhaitons de tout cœur que le mariage, ce livre pas tout à fait comme les autres, aux 186 mains et 93 cœurs , ait une audience record parce qu'il le mérite mais surtout pour qu'il puisse donner de la joie à des enfants malades.

Merci à tous ceux qui achèteront ce livre et qui partageront cette information avec leurs amis et connaissances par mail et sur les réseaux sociaux.

http://www.les-anthologies-ephemeres.fr

Voir les commentaires