Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Le dernier baiser de Mozart, théâtre du Petit Montparnasse

22 Novembre 2016, 19:13pm

Publié par Parisianne

Le dernier baiser de Mozart, théâtre du Petit Montparnasse

Un petit théâtre pour une grande et belle pièce. C'est sur Radio Classique, forcément, que j'ai entendu parler de cette pièce, la présentation m'a donné envie, je n'ai pas regretté. 

Parlons d'abord du théâtre, j'aime ces petites salles intimes dans lesquelles on se sent proches et donc au coeur de la pièce. En l'occurrence puisque l'intrigue se déroule dans l'intérieur simple de la famille Mozart, la proximité avait un certain charme, le décor de Catherine Bluwal est plein de délicatesse et la mise en scène de Raphaëlle Cambray tout en étant vivante rend la situation crédible.

Le dernier baiser de Mozart met en scène Constance Mozart, tout juste veuve, face à Franz-Zaver Süssmayer, ami, confident voire même un peu souffre-douleur de Mozart, venu apporter son soutien à la jeune veuve effondrée et lui faire part de son travail sur la fin du Requiem que l'illustre compositeur fauché brutalement n'a pas eu le temps d'achever.

Constance, sans revenus et acculée, a besoin de l'argent du Requiem pour vivre avec ses deux enfants et n'est pas en mesure d'en rembourser l'avance obtenue.

Süssmayer, profondément attaché à Mozart et peut-être amoureux de la jeune veuve dont le dernier enfant porte son prénom (la légende leur prête une idylle) se sent investi d'une mission et est surtout très imprégné du Requiem. 

En évoquant leur passé avec Mozart et leur avenir, les deux jeunes gens se livrent à une sorte de joute au long de laquelle Constance peut-être teste les capacités de Süssmayer de se substituer au compositeur, quant à Süssmayer, il sonde la jeune femme afin de savoir si peut-être elle lui est attachée. 

Le texte de Jean Teulié est sensible et vivant, il évoque la vie du Maître aussi bien que les affres de la création porté par des extraits de l'oeuvre bien sûr. 

Les jeunes acteurs en costumes sont très convainquants, Delphine Depardieu, en veuve raisonnablement éplorée sait nous faire passer par différents sentiments quant à Guillaume Marquet, il est un Süssmayer plein de sensibilité et d'ardeur au travail.

Personne ne sait avec certitude qu'elle partie du Requiem Süssmayer a réellement écrite puisqu'il savait imiter l'écriture de Mozart et que l'on ignore ce qui avait déjà été composé à la mort de ce dernier mais la pièce semble mettre en évidence la réelle capacité du jeune homme à comprendre ce Maître dont il a été l'assistant.

Un très joli moment de théâtre et le plaisir d'une rencontre avec l'auteurde la pièce et un spectateur ayant tenté une traduction difficile de la seule biographie de Constance Mozart, Constanze, Mozarts beloved, de Agnès Selby.

 

Voir les commentaires

Barbara et l'homme en habit rouge, Théâtre Rive Gauche

20 Novembre 2016, 08:41am

Publié par Parisianne

Barbara et l'homme en habit rouge, Théâtre Rive GaucheBarbara et l'homme en habit rouge, Théâtre Rive Gauche

Mis en scène par Eric-Emmanuel Schmitt, ce spectacle porté par Roland Romanelli et Rébecca Mai fait revivre Barbara au Théâtre Rive Gauche.

Roland Romanelli a accompagné Barbara en mots, en musique mais également dans la vie.

Qui mieux que lui pouvait nous offrir de traverser la vie de cette magnifique chanteuse. Il le fait avec sa compagne d'aujourd'hui, Rébecca Mai, qui ressemble étrangement à Barbara. Ce détail, je dois dire m'a d'abord troublée, mais le charme opère très vite et on se laisse totalement emporter.

Roland Romanelli nous raconte avec pudeur sa Barbara, celle qu'il a admirée, aimée et avec qui il a partagé succès, créations et doutes pendant 20 ans. Son récit est ponctué de chansons magnifiquement interprétées par Rébecca Mai et d'interviews de Barbara elle-même.

La musique occupe bien évidemment une grande place, rappelons tout de même que Roland Romanelli est avant tout accordéoniste (coupe mondiale d'accordéon 1961), alternant lui-même entre son accordéon et le piano, il est sur scène accompagné de Jean-Philippe Audin au violoncelle.

La mise en scène est délicate, jouant avec la lumière et des ombres chinoises.

Je l'ai dit, la magie opère, le final avec la participation du Choeur de France nous offre un Aigle noir poignant.

Une seule envie en sortant, réécouter la dame en noir, éternelle. 

 

Merci Jean de nous avoir entraînés, tu remercieras de notre part les intéressés pour ce beau moment d'émotion !

Voir les commentaires

"C'est mon fauteuil qui vous paralyse"

19 Novembre 2016, 18:50pm

Publié par Parisianne

"C'est mon fauteuil qui vous paralyse"

" Une vie sans rêves c'est comme un arbre sans racines "

Xavier Chezleprêtre de l'Agence Attitude, nous entraîne toujours dans des découvertes, et me pousse vers des choses qui ne retiendraient pas forcément mon attention. 

Cette fois, c'est au Casino de Paris que nous sommes allés pour voir, entendre et admirer la troupe de Timéo dans le spectacle du même nom.

Timéo, "circomédie musicale" d'après le conte initiatique de Jean-Jacques Thibaud, mis en musique par Julien Vallespi dans une mise en scène d'Alex Goude, est un joli spectacle plein de bons sentiments tout à fait adapté aux enfants.

Timéo, jeune garçon en fauteuil, n'a qu'un rêve : intégrer une troupe de cirque.

L'arrivée en ville du cirque dans lequel se produit son idole Melody Swann incite l'adolescent à tenter sa chance. La disparition de la vedette met en évidence les difficultés de la vie du cirque, la suspicion plane et les jalousies s'expriment. Timéo, au milieu de toutes ces tensions montre sa volonté et prouve qu'il ne faut pas se fier aux apparences.

Bien sûr, son handicap en arrête plus d'un et lui vaut quelques moqueries quand il évoque ses projets mais à force de volonté, il va prouver à tous "qu'être différent, c'est normal".

Funambule, trapézistes, jongleurs, cracheurs de feu, clowns et même Monsieur Loyal, tout est là pour raconter cette belle histoire et montrer qu'il ne faut jamais renoncer à ses rêves.

La mise en scène est enlevée, la musique entraînante, les jeux de lumière très habiles, c'est moderne et nouveau.

Un très beau spectacle à voir avec des enfants. Ceux qui nous entouraient avaient les yeux pleins des lumières de rêves, ils auront je l'espère reçu le plus important, ce joli message de tolérance face à la différence.

 

 

 

" Les rêves c'est bien plus qu'on imagine "

"C'est mon fauteuil qui vous paralyse"
"C'est mon fauteuil qui vous paralyse""C'est mon fauteuil qui vous paralyse"

Voir les commentaires

Avis de tempête

19 Novembre 2016, 10:10am

Publié par Parisianne

Avis de tempête

Ecrire en lettres de vent,

Sur des sables mouvants,

Des histoires sans paroles,

Des attentes un peu folles...

Voir les commentaires