Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Jean-Michel Guenassia, La Valse des arbres et du ciel

19 Octobre 2016, 19:19pm

Publié par Parisianne

Jean-Michel Guenassia, La Valse des arbres et du ciel

C'est avec une certaine impatience que je guettais le prochain Guenassia tant son Club des incorrigibles optimistes m'avait séduite, alors quand j'ai vu que son nouveau roman avait pour décor Auvers-sur-Oise et pour personnage central Vincent van Gogh, je me suis réjouie.

Je ne dirai pas que je suis tombée sous le charme comme c'était le cas pour le précédent mais l'alternance entre récit mené par Marguerite Gachet, fille du célèbre docteur, et documents d'époque, extraits de journaux, lettres de Vincent à son frère Théo, rend le roman vivant et donne un ton original.

"La toile, qui était grise à mon arrivée, parut animée d'un souffle de vie avec ses arbres et son ciel dansant une sarabande endiablée."

Marguerite Gachet vit à Auvers entre son père et son jeune frère, sa mère est morte alors qu'elle n'a que trois ans. Son père, médecin impécunieux, s'intéresse à la nouvelle peinture et n'hésite pas à accepter des toiles en guise de paiement ; Marguerite qui aime elle aussi dessiner et peindre manque d'originalité mais excelle à s'approprier le talent des autres en copiant les œuvres des clients de son père. La jeune fille rêve d'échapper à cette prison sans amour, de partir en Amérique pour y peindre en toute liberté, elle rêve surtout de trouver un moyen de fuir un mariage arrangé, qui rendrait un fier service à son père, puisqu'elle ne peut même pas s'échapper par l'étude ; malgré son baccalauréat elle ne peut prétendre faire des études puisqu'elle est née femme et que les femmes à cette époque n'avaient aucune raison d'étudier. Même l'école des Beaux-Arts leur est inaccessible.

Lorsque Vincent van Gogh vient frapper à la porte du Docteur Gachet, la vie de Marguerite bascule. Elle rejette le carcan imposé aux femmes, elle rejette la volonté de son père et tente vaille que vaille d'obtenir de Vincent des conseils pour ses propres toiles. Le peintre est attendri par cette très jeune fille qui se jette dans ses bras et s'invite dans son lit. Celui que l'on dit malade et démuni savoure son séjour à Auvers, il produit de nombreuses toiles et projette de rejoindre Gauguin en Bretagne. Marguerite est subjuguée par son talent.

Marguerite, profondément amoureuse est prête à tout pour partir avec Vincent qui refuse l'idée de partager sa vie. Il a le double de son âge, rien à lui offrir, il ne veut même pas d'enfant.

"A la lumière de la bougie qu'il tenait en l'air pour les éclairer, les fleurs semblaient vivantes. (...) je ne me souvenais pas avoir jamais vu de fleurs peintes de façon si humaine."

Fascinée par l'homme mais plus encore par le peintre, Marguerite n'aura qu'un seul amour.

La vie de Vincent s'est arrêtée là, à Auvers, brutalement alors que rien ne pouvait laisser présager que la maladie nerveuse dont il souffrait puisse resurgir.

Vincent s'est suicidé, c'est du moins la version officielle.

Le Docteur Gachet aura la chance d'avoir un certain nombre de ses oeuvres et personne ne saura que sa fille l'a déshonoré en se compromettant avec ce barbouilleur, si talentueux puisse-t-il être... Tout est bien qui finit bien...

Marguerite anéantie finit par reprendre le dessus en s'immergeant dans la peinture, sa peinture à la manière de...

*****

Mélangeant fiction et réalité, Jean-Michel Guenassia nous fait vivre les derniers 70 jours de Vincent à Auvers, son talent d'écrivain fait surgir les toiles célèbres qui se dessinent entre les lignes.

Je ne connais pas réellement les théories évoquées à propos de la mort de van Gogh, suicide ? accident ? assassinat ? quoiqu'il en soit, ses oeuvres lui ont offert l'éternité.

Le mystère reste entier et les blés qui frissonnent le long du cimetière d'Auvers où les deux frères reposent ne livreront jamais leur secret.

 

 

Commenter cet article
É
. Bonjour Anne. Tu m'as donné envie de lire ce livre sur les derniers jours de ce peintre dont j'admire les oeuvres. Bisous
Répondre
M
Tu me donnes envie de le lire car j'avais vraiment aimé son précédent roman. Je le note dans ma longue liste et je tenterai de l'emprunter en médiathèque. Une belle journée
Répondre
Q
Tu donnes envie de lire le livre... Merci, Anne.
Je ne dis pas que je le lirai tout de suite, mais je le note. :)
Bises et douce journée.
Répondre
L
un joli roman !
Répondre
E
Merci beaucoup Parisianne pour cette chronique. Grâce à toi, je vais me procurer ce livre dont le sujet m'intéresse beaucoup.
Répondre