Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Pascal Quignard, Les Larmes

14 Janvier 2017, 21:39pm

Publié par Parisianne

Saint-Riquier

Saint-Riquier

Pascal Quignard est un auteur que j'aime beaucoup, nous avions déjà parlé il y a quelques temps de Villa Amalia, ou bien encore des Solidarités mystérieuses, deux romans qui m'ont prodondément marquée. Vous connaissez tous le magnifique, Tous les matins du monde et certainemement bien d'autres ouvrages.

Quand j'ai entendu qu'il sortait un nouveau roman qui traitait en plus des origines de notre langue, et que j'ai eu le plaisir de l'entendre dans la Grande Librairie de François Busnel, forcément j'ai eu envie de retrouver cet auteur. Mon père Noël préféré m'a entendue et exaucé !

" C'est alors que, le vendredi 14 février 842, à la fin de la matinée, dans le froid, une étrange brume se lève sur leurs lèvres. On appelle cela le français. " N'est-elle pas magnifiquement écrite cette naissance ?

Nithard a pour mission de "fixer par écrit pour la postérité le récit des événements de son temps " ce sera en latin jusqu'à la mort de Charlemagne puis en Roman. Petit-fils de Charlemagne, neveu de Louis le Pieux et cousin germain de ses trois fils, Lothaire, Louis le Germanique et Charles le Chauve, il est abbé laïc de l'abbaye de Saint Riquier, non loin d'Abbeville dans la Somme pour ceux qui ne connaîtraient pas.

Louis et Charles s'allient contre leur frère Lothaire qui revendique le titre d'empereur d'Occident. Je ne rentrerai pas plus dans le détail mais voici un résumé rapide de la situation.

Dans son roman, Pascal Quignard met en scène les jumeaux Nithard, et Hartnid (anagramme du premier), l'un en quête de la langue, l'autre en quête d'un visage aimé.

Ce n'est pas un roman à proprement parler mais une succession de contes, légendes, récits, de tableaux avec ou sans liens apparents. C'est savant -pas mal de latin dans ces lignes - déroutant parce que parfois on s'y perd mais beau et on se laisse porter.

De nombreuses références m'ont sans aucun doute échappé, et je ne conseillerai pas ce livre à tout le monde de crainte d'effrayer ceux qui ne connaîtraient pas Pascal Quignard. Je m'y suis perdue parfois, mais j'ai tant aimé d'autres instants lire par exemple :

" La première trace écrite de la langue française date du vendredi 14 février 842, à Strasbourg sur les bords du Rhin.

La première oeuvre de la littérature française date du mercredi 12 février 881, à Valenciennes, sur les bords de l'Escaut."

 

"Saint Florent était si grand lettré qu'il avait le pouvoir d'accrocher, où qu'il se trouvât, son manteau aux rayons du soleil."

A défaut d'accrocher mon manteau aux rayons du soleil, je sais apprécier leur lumière ! 

Commenter cet article

Carole 22/01/2017 00:56

C'est très beau, ce manteau accroché aux rayons du soleil !
Je crois que j'ai trouvé quelque chose à lire...

Quichottine 17/01/2017 23:46

Je ne sais pas si je le lirai, mais tu donnes envie de le lire.
Merci, Anne.
Bises et douce soirée.

virjaja 14/01/2017 22:38

je ne connais pas cet auteur, mais tu me tente... il faudrais que je me remette au latin, j'ai oublié. gros bisous Anne. cathy