Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Alain Emery, Horn

26 Mars 2021, 23:20pm

Publié par Parisianne

Alain Emery, Horn

Alain Emery, vous le connaissez, vous savez que non seulement c'est un auteur de talent, nombre de ses livres ont fait l'objet de publications sur ces pages, mais que c'est surtout pour moi un ami, un modèle et celui qui a eu la gentillesse de poser ses mots sculptés sur mes photos dans notre livre commun, Cette seule voix. 

Vous ne serez donc pas surpris que je revienne vers vous pour parler de ce superbe nouveau court roman, Horn,  qui vient de paraître aux éditions Terres du couchant.

Après coup, l’homme qu’on devient glisse un peu de lui-même dans les blessures des autres et le jeu qui se dévoile à lui, carte après carte, est tout bonnement faussé.

Horn, ce n'est pas un voyage au long cours, c'est un retour aux sources pour la traversée mouvementée d'une histoire familiale marquée par la guerre, ses drames et ses silences qu'il convient parfois de faire rugir. 

On dit que l'absence laisse un goût sur les lèvres. Sur les miennes flottait une inqualifiable amertume.

C'est cette amertume aux lèvres que le narrateur revient vers la mer de son enfance, une lettre froissée au fond de la poche ; une lettre ressurgie d'un passé destructeur.

Le sang farouche qui coulait dans ses veines l’avait poussé au sacrifice et, le reste du temps, l’avait condamné au silence. L’océan l’avait appelé et continuait de le réclamer.

Avec son talent de poète et de narrateur, Alain Emery nous entraîne dans la quête de vérités.

C'est ciselé. C'est fort jusqu'à la chute inattendue, devrais-je dire inespérée ?  

Un roman court à lire et à relire.

Alain Emery, Horn

A un journaliste qui me demandait d’où venait ma vocation d’écrivain, j’ai répondu qu’elle avait vu le jour ici, face à cette immensité têtue et indifférente à mon sort, dans ce vent large et impétueux qu’il m’était arrivé une fois où deux, beaucoup plus tard, de comparer à une monture. Je ne crois pas avoir menti.

Pour prolonger un peu la gourmandise des mots, Alain nous offre ensuite une nouvelle, Trois Géants, autre plongée dans un univers d'hommes de mer autour de l'adieu au capitaine. Des portraits rugueux, comme Alain sait si bien les écrire.

C'est aux éditions Terres du couchant et c'est à consommer sans modération.





 

Commenter cet article

Quichottine 19/04/2021 10:48

Comme toujours, tu donnes envie... Merci !

manou 30/03/2021 13:56

Une plume que je ne connais pas encore mais bien entendu je le note pour découvrir cet auteur un jour...Merci pour ton ressenti et ta présentation

Parisianne 21/04/2021 09:47

Une plume élégante et acérée. Je suis certaine qu'en cherchant sur le net vous trouveriez quelques textes afin de vous faire une idée.
Belle journée
Anne

ALAIN EMERY 27/03/2021 17:17

Merci, Anne, pour toutes ces gentillesses... C'est toujours un bonheur, après une longue traversée solitaire comme celle-ci, de retrouver, en touchant la terre ferme, autant de compliment...

Parisianne 27/03/2021 21:56

Et pour moi c'est toujours un bonheur de monter à ton bord, je sais que jamais je ne serais déçue par la traversée. Vivement le prochain voyage !

eMmA MessanA 27/03/2021 07:52

Tu m'as convaincue, Anne. En plus, j'ai constaté sur le site de l'éditeur que Au Chat lent à Challans fait partie des librairies qui lui ont offert leur confiance. Je vais le commander via ALIP.
J'imagine très bien les passages que tu as cités, lus par toi...
Bonne chance à ce livre pour trouver un large lectorat.
Je te souhaite un bon week-end.

Parisianne 27/03/2021 21:57

Je suis sûre que tu seras séduite par la plume très imagée d'Alain.
Bon week-end à toi