Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Ugolin, chez Rodin

7 Février 2013, 10:46am

Publié par Parisianne

Ugolin, chez Rodin

Hier soir avait lieu la soirée de lecture au Musée Rodin. Au programme ce mois-ci, Ugolin, tyran de Pise.

Ugolin della Gherardesca (1220-1289) est le descendant d'une noble famille lombarde. Militaire et homme politique, il fut l'un des plus cruels tyrans du Moyen Age italien. Il gouverne par la terreur jusqu'à la révolte orchestrée par l'archevêque de la ville Ruggierri Ubaldini. Tombé aux mains de ce dernier, Ugolin est condamné à être enfermé avec ses fils

La légende dit que dernier survivant, Ugolin aurait mangé ses enfants. Ce mythe pourrait avoir été construit sur une mauvaise interprétation de la dernière phrase du récit du tyran dans le chant XXXIII de l'Enfer de Dante.

 

"Quand nous fûmes au quatrième jour,
Gaddo se jeta étendu à mes pieds,

et dit : " Père, ne viens-tu pas à mon secours ? "
Il mourut là, et comme tu me vois,
je les vis tomber tous les trois, un par un,
avant le sixième jour ; et je me mis alors,
déjà aveugle, à me traîner sur chacun d'eux,
les appelant pendant deux jours après leur  mort.
Et puis, ce que la douleur ne put, la faim le put. "

 

C'est précisément ce dernier vers qui fut source de mauvaise interprétation. Une interprétation sans doute influencée par les paroles mêmes des enfants, quelques vers plus haut dans le chant, qui disent à leur père se mordant les mains de rage désespérée :

 

" de douleur je mordis mes deux mains ; 
et eux, pensant que c'était par désir
de manger, se levèrent aussitôt
et dirent : "Père, nous souffririons bien moins
si tu nous mangeais ; tu nous as vêtus
de ces pauvres chairs ; enlève-les nous,
"

 

Il ne faut pas plus de quelques vers pour faire naître un personnage tragique ! Ugolin aura donc trouvé une résonnance dans la littérature mais aussi bien sûr dans la peinture (Goya) et la sculpture (Carpeaux et Rodin).

La magnifique statue d'Ugolin de Carpeaux a influencé Rodin. Ce dernier, avant de faire de son groupe une pièce à part, en fera le pendant des amoureux tragiques Paolo et Francesca (Le Baiser). Ugolin se trouve sur le vantail gauche en regardant la Porte de l'Enfer.

Cette lecture faite par Jean-Claude Dreyfus et Charles Gonzales, nous a donc permis d'évoquer le mythe de l'homme mangeur de ses enfants depuis les Dieux de l'Antiquité, Cronos par exemple, jusqu'aux ogres de nos contes pour les petits.

Un parcours littéraire ouvert sur la lecture d'un extrait de Ugolino d'H. W. von Gerstenberg (1737-1823), parsemmé de l'évocation d'Hérode et Hésiode mais également de Rimbaud ou encore de Jules Laforgue dont le Vaisseau fantôme vous fera penser, bien sûr, à une chanson pour enfants, je vous invite à lire ce texte ci-dessous !

Vous l'aurez compris, une soirée intéressante sur un thème assez noir -et un peu ardu parfois- qui nous aura également permis de faire référence à Freud et à Bruno Bettelheim avec sa célèbre Psychanalyse des contes de fées. 

 

 

Ugolin, chez Rodin

LE VAISSEAU FANTOME

Il était un petit navire

Où Ugolin mena ses fils,

Sous prétexte, le vieux vampire!

De les fair’ voyager gratis.

Au bout le cinq à six semaines,

Les vivres vinrent à manquer,

Il dit:« Vous mettez pas en peine;

«Mes fils n’ m’ont jamais dégoûté ! »

On tira z’à la courte paille,

Formalité! raffinement!

Car cet homme il n’avait d’entrailles

Qu’ pour en calmer les tiraillements,

Et donc, stoïque et légendaire ;

Ugolin mangea ses enfants,

Afin d’ leur conserver un père…

Oh! quand j’y song’, mon cœur se fend !

Si cette histoire vous embête,

C’est que vous êtes un sans-cœur!

Ah! j’ai du cœur par d’ssus la tête,

Oh! rien partout que rir’s moqueurs !…

Jules Laforgue (1860-1887)

 

Commenter cet article
Q
Je ne connaissais pas du tout ce texte... et j'adore celui de Jules Laforgue.<br /> <br /> Merci, Anne. J'aime bien aller à la découverte chez toi.<br /> Passe une douce soirée.
Répondre
P
Merci Quichottine,<br /> C'est un plaisir de faire partager mes découvertes :-)<br /> Grosses bises<br /> Anne
B
original ce texte !<br /> ou comment garder le même rythme et le bon nombre de pieds<br /> un écrit mal interprété ... interfère souvent sur l'avenir d'un texte, d'une vie ...<br /> douce soirée<br /> bize
Répondre
P
Bonjour Béa,<br /> Les défauts d'interprétation d'un mot ou d'une traduction peuvent conduire à de sérieux contre sens !<br /> Bonne journée<br /> Bises<br /> Anne
P
Ce devait être magique. Il faut que je me décide pour arrêter les expos que j'ai envie de visiter lors de mon séjour chez ma soeur (que quelques jours) - j'ai pensé au musée Rodin car c'est toujours un réel plaisir. Il y a aussi Dali à Beaubourg et le Louvre dont les longues files d'attente me désespère.<br /> je t'embrasse. Maryvonne
Répondre
P
Bonjour Mary,<br /> Il serait préférable de revenir une autre fois pour le musée Rodin, il est toujours en travaux donc c'est moins intéressant et puis aux beaux jours pour profiter aussi du jardin c'est tout de même mieux !<br /> Le Louvre, on doit pouvoir prendre le pass à l'avance. Beaubourg, là en général il faut s'armer de patience !<br /> Grosses bises<br /> Anne
J
Je découvre cet Ugolin-là.... Merci Anne et bon W-E à venir, bises de jill
Répondre
P
Bonjour Jill,<br /> Merci, celui de Carpeaux est plus connu je crois, le groupe de Rodin n'a existé qu'en plâtre et sur la Porte de l'Enfer.<br /> Bonne journée<br /> Bises<br /> Anne
É
Bonsoir Anne. La soirée devait être passionnante. Merci pour ton bel article et bisous
Répondre
P
Bonjour Brigitte,<br /> Oui, c'est toujours à la fois agréable et intéressant ces soirées qui nous conduisent dans les arts par les mots.<br /> Bonne journée<br /> Bises<br /> Anne