Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Musée d’Orsay à l’heure des femmes

12 Juillet 2019, 18:07pm

Publié par Parisianne

Musée d’Orsay à l’heure des femmes

En parallèle de l'exposition Berthe Morisot, dont nous parlerons plus tard, le musée d'Orsay invite les curieux à parcourir les salles du musées dans lesquelles sont mises en avant un certain nombre d’œuvres d'artistes femmes, le titre de ce parcours Femmes, art et pouvoir, titre emprunté à un recueil de textes de l'historienne Linda Nochlin. Je vous invite en suivant le lien à aller lire ce qu'en disent Laurence des Cars, présidente des musées d'Orsay et de l'Orangerie, et les responsables des collections ayant travaillé sur ce parcours très agréable.

 

Rosa Bonheur Le Sombrage

Rosa Bonheur Le Sombrage

Le musée d'Orsay dont on sait que les collections couvrent la période 1848-1914 souffre, comme de nombreux musées, du manque de visibilité des femmes artistes, elles n'ont à cette époque pas grande liberté d'expression, ce n'est pas une nouveauté, et les collections ici représentées sont pour beaucoup des œuvres acquises par l'Etat. Cela voudrait-il dire que l'administration des Beaux Arts à la fin du XIXe ne s'intéresse pas aux femmes ? Quelle étrange idée !

Il ne faut pas faire une généralité cependant, regardez ce tableau de 1849 dit Labourage nivernais ou Le Sombrage de Rosa Bonheur, il est une commande officielle faite à l'artiste à l'issue du Salon de 1848. Le cartouche nous dit " Le tableau connaît un immense succès au Salon de 1849 et ne manque pas d'être rapproché des écrits d'une autre femme..." de qui parle t-on ? je vous laisse deviner, la réponse sera en fin de cet article.

J'ai trouvé intéressante cette idée de parcours qui nous incite donc à nous arrêter sur certaines œuvres, que je ne détaillerai pas, mais dont je vais vous montrer quelques images, en plusieurs fois, vous laissant le soin d'aller à Orsay pour ceux qui en ont la possibilité, ou de flâner sur le site du musée.

 

Marie Bracquemont, Tête de muse 1878

Marie Bracquemont, Tête de muse 1878

Berthe Morisot, palette d'aquarelle

Berthe Morisot, palette d'aquarelle

Si les "jeunes filles de bonne famille" suivent souvent une formation artistique, rares sont celles qui exercent leur art comme un métier. Elles sont la plupart du temps invitées à exercer leur talents dans des techniques dites mineures, aquarelle, dessin, pastel. Le pastel sera mis en avant plus tardivement, vers 1880, Edgar Degas l'utilisera souvent mais aussi bien sûr Berthe Morisot ou Marie Cassatt.

Berthe Morisot Portrait de Madame Rosalie Pillaut © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Gérard Blot

Berthe Morisot Portrait de Madame Rosalie Pillaut © RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Gérard Blot

Regard d’homme sur femme de tête !

Ci-dessous, deux portraits peints par Edouard Vuillard, Jeanne Lanvin à sa table de travail, et sa fille, la Comtesse de Polignac, grande mécène qui réunit dans son salon Nadia Boulanger ou Louise de Vilmorin.

Edouard Vuillard, Jeanne Lanvin et sa fille La comtesse de Polignac
Edouard Vuillard, Jeanne Lanvin et sa fille La comtesse de Polignac

Edouard Vuillard, Jeanne Lanvin et sa fille La comtesse de Polignac

La réponse à la question concernant le tableau de Rosa Bonheur est George Sand bien sûr, voici ce que nous dit précisément le cartouche :

"Le tableau connaît un immense succès au Salon de 1849 et ne manque pas d'être rapproché des écrits d'une autre femme, George Sand, qui évoquait dans son roman La Mare au diable (1846), le labourage comme un sujet digne d'être peint".

Un jour viendra où le laboureur pourra être aussi un artiste, sinon pour exprimer, du moins pour sentir le beau

George Sand La Mare au diable

Commenter cet article
L
Vivre à Paris ne me plairait pas (bien que j'ai vécu dans la banlieue jusqu'à plus de 30 ans) mais je reconnais que pour les expositions, c'est quand même le top.
Répondre
E
Ah chère George Sand !<br /> Je viens de commencer sur tes conseils la bio d'Eugène Fromentin de Patrick Tudoret. Cela ne sera pas évident, car je ne connais strictement rien de cet auteur/peintre hormis qu'il avait dédié son Dominique à George Sand... Du coup, à nouveau, j'ai tout à apprendre. j'en suis ravie.<br /> Beau week-end et amitiés.
Répondre
V
c'est bien tenant ce parcours... j'adore le tableau de Rosa Bonheur, je ne la connaissais que de nom, ça me donne envie d'en savoir plus, merci. gros bisous Anne. cathy
Répondre
J
Dans la France des Lumières c'était déjà difficile. Tu penses comme cela le pouvait etre dans l'Italie du 17ème! Artemisia Gentileschi est une des artistes qui a le plus souffert des discriminations de genre!!
Répondre
Q
J'avais envie de voir l'expo, j'irai grâce à toi.<br /> Quel enthousiasme !<br /> Merci pour ces images et ces explications.<br /> Je t'embrasse. Passe une douce journée.
Répondre