Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Ita L. née Golfeld

21 Février 2013, 23:04pm

Publié par Parisianne

Ita L. née Golfeld

Au théâtre du Petit Saint-Martin, à deux pas de la porte du même nom, dans une petite rue loin de l'agitation se niche un théâtre grand comme un mouchoir de poche, un de ces théâtres qui permet au spectateur de se sentir proche des acteurs. Et pour cette magnifique interprétation d'Hélène Vincent, se sentir proche est non seulement important mais nécessaire pour pénétrer la tragédie de la vie mise en scène.

Ita L. née Golfeld a 67 ans. Elle vit seule à Paris, rue du Petit Musc depuis la mort de son mari et le départ de ses enfants. Nous sommes le 12 décembre 1942, trois policiers viennent frapper à sa porte. Elle hésite à ouvrir mais se décide finalement ; peut-être viennent-ils lui donner des nouvelles de Jacques, son fils aîné emmené à Drancy.

Ce ne sont pas des nouvelles de Jacques qu'apportent les policiers mais une convocation à se rendre au commissariat. L'un d'eux, le plus jeune, français en civil, lui demande de préparer sa valise, en cas de besoin. Il lui laisse 1 heure, en lui conseillant fermement de bien mettre à profit cette heure là .

C'est ainsi qu'Ita se retrouve face à son destin et à sa vie, dont elle remonte le cours, depuis sa jeunesse heureuse dans le quartier juif d'Odessa brutalement  interrompue par les persécutions de 1905 et les crimes perpétrés par les " cent-noirs ", ces russes ne reculant devant aucune violence qui contraignent Ita et sa famille à fuir, pour se terminer à Paris, en 1942, dans son petit appartement

Au moment du départ d'Odessa, Ita est enceinte de son premier fils, Salomon son mari décide donc d'arrêter leur fuite en France, au pays des Droits de l'homme. C'est là qu'ils vont construire leur vie, simplement. En 1914, Salomon s'engagera dans la Légion étrangère pour servir ce pays lui ayant offert la paix. Gazé dans les tranchées, il mourra quelques années plus tard, laissant son épouse et ses trois enfants. Malgré la douleur et la pauvreté, la famille vit sereinement. 

Et Ita/Hélène Vincent nous raconte, ses joies, ses peines, ses inquiétudes pour l'avenir. Elle passe du rire aux larmes, nous entraînant dans ses émotions, dans ses interrogations. Pourquoi le crémier sous prétexte de son Etoile jaune refuse-t-il soudain de la servir ? Pourquoi ses voisins, avec qui ils ont été amis, lui demandent-ils de cesser tout rapport ? Pourquoi insistent-ils tant pour qu'elle leur laisse les clés de son appartement maintenant qu'elle est seule et qu'elle pourrait avoir à partir ? 

De grands bonheurs, en grandes déconvenues, de belles joies, en véritables terreurs Hélène Vincent, dans un décor dépouillé, nous fait vivre avec une magnifique sincérité la vie de cette femme et son cheminement pendant l'heure qui lui est laissée pour choisir son destin. Une heure intense comme peut l'être un tel choix : fuir ou rester.

Une heure pour mettre en scène tous les sentiments humains ; une heure pour faire vivre une femme confrontée à toutes les joies et à toutes les peines. Une heure pour une interprétation magistrale d'une grande sensibilité par la bouleversante Hélène Vincent

*****

Eric Zanettacci, auteur de la pièce inspirée d'une histoire vraie a su donner à son texte toute la sincérité qu'il mérite. Pas de grandes phrases, pas de grands mots. Ita est simple, elle s'exprime simplement. Ita est sincère, elle vit sincèrement et nous entraîne dans son émotion.

Une émotion qui nous étreint longtemps après les derniers mots et le triomphe fait à cette grande actrice ; une émotion qui s'est prolongée pour moi quelques instants supplémentaires lorsque je me suis trouvée par hasard à la sortie du théâtre au moment où l'artiste elle-même allait sortir et qu'un couple de personnes pas très jeunes s'est approché. Le monsieur a oté son chapeau, pour dire d'une voix très émue  :

"Madame, c'est toute notre vie, toute notre histoire que vous avez racontée là "

Et les larmes cette fois encore n'étaient pas feintes.

Merci à Xavier pour ces très belles photos de Bernard Richebe.

Quand je vous dis qu'Hélène Vincent est magnifique, jugez plutôt par vous-même !

©BernardRichebe
©BernardRichebe
©BernardRichebe
©BernardRichebe
©BernardRichebe
©BernardRichebe

©BernardRichebe

Commenter cet article
J
Je connais cet actrice au cinéma... je l'aime bien !! Une heure en monologue, seule sur scène, un bel exploit.... Merci Anne, bises de jill
Répondre
Q
Je te crois... ce doit être magnifique.<br /> Passe une douce journée.
Répondre
É
Bonsoir Anne. Hélène Vincent est une excellente actrice,mais la pièce ne me tenterait pas car je n'aime pas les monologues. Bises
Répondre
P
Bonsoir Brigitte,<br /> Je comprends, ce n'est pas toujours facile comme type de pièce. Personnellement, j'ai eu l'occasion de voir de magnifiques représentations sous cette forme (Francis Huster dans La Peste de Camus ou dans Bronx dernièrement, une représentation du Joueur d'échecs de Zweig aussi par un acteur dont je ne me souviens malheureusement plus le nom et Hélène Vincent cette semaine) et chaque fois j'ai été transportée par le talent de ces acteurs. C'est une véritable prouesse et j'avoue avoir énormément de respect pour ces artistes.<br /> Bonne soirée<br /> Bises<br /> Anne
M
des artistes méconnus qui ne demandent pas forcément à être connus, mais à être reconnus<br /> bize
Répondre
P
C'est vrai mais je crains que l'un n'aille pas sans l'autre aujourd'hui !<br /> Bonne soirée<br /> Anne
V
ça doit etre émouvant, Hélène Vincnet est une belle, et bonne actrice.. gros bisous. cathy
Répondre