Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Nina Berberova, La Souveraine

6 Mars 2021, 20:10pm

Publié par Parisianne

Nina Berberova, La Souveraine

[...] Il éprouva très nettement cette sensation de rapprochement, et déjà il était incapable de songer à autre chose qu’à elle. Il lui semblait qu’elle l’attirait mentalement à elle, sans lui laisser la possibilité de se défendre, et qu’il ne pouvait plus que s’abandonner à cette captivité.

En attendant de retrouver la souveraine Sarah Bernhardt dans son écrin du Petit Palais (tableau de Georges Clairin, 1876), un petit livre qui se glisse facilement dans la poche pour une lecture rapide et un plaisir garanti.

Comme je vous le disais, j'ai attendu avant de découvrir Nina Berberova, alors il m'en fallait au moins deux pour me familiariser avec cette auteure.

 

[...]
Il éteignit la lumière et songea qu’il s’était aujourd’hui passé quelque chose dans sa vie qu’il aurait mieux valu éviter. Il aurait mieux valu retrouver Jeanne et sa fausse vertu, plutôt que de rencontrer une demoiselle volontaire et sûre d’elle, dont la main avait pesé sur la sienne.

Dans ce roman où l'âme slave plane en permanence, un jeune immigré Russe réduit à la misère s'éprend de la sœur de la fiancée de son meilleur ami, celle-ci d'un milieu social plus élevé que le sien bien sûr, et cette passion transforme son regard sur les siens, faisant de lui un égoïste cruel.

Une belle étude de caractères.

[...] il faisait froid et mauvais dans son cœur sans vie, et dans sa tête pleine de songes venimeux s'installait une tristesse sans sommeil

Commenter cet article
M
C'est un auteur que j'ai découvert dans les années 80 avec "l'accompagnatrice" et j'ai encore quelques titres à découvrir et les plus anciens à relire...et à présenter sur mon blog. J'ai aimé aussi "la souveraine" que j'ai découvert assez récemment.
Répondre
P
Bonsoir Manou, merci de votre venue sur cette page des Musardises de Parisianne sur laquelle vous aurez plaisir à flâner.<br /> Je dois lire l'Accompagnatrice, j'attends de retrouver les bouquinistes des quais de Paris pour le dénicher quelque part.