Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Et l'été les emporta, Annie Mullenbach

26 Janvier 2015, 19:12pm

Publié par Parisianne

La Dame de l'Oise s'en est allée, nous laissant tous bien affligés.

C'est avec une grande tristesse que j'ai appris hier la disparition brutale de notre amie Annie Mullenbach dont les nombreuses nouvelles, les romans, La Dame de l'Oise, Et l'été les emporta autant que le recueil co-écrit avec Désirée Boillot et Alain Emery Au-delà des dunes, m'ont chaque fois procuré un beau moment de lecture et d'évasion.

Nous nous étions rencontrées sur des remises de prix, dans des salons ou lors de soirées de lecture mais aussi à la maison autour d'un thé pour discuter avec Jean-François Mouriot, éditeur et ami fidèle, d'un manuscrit en préparation.

Annie était non seulement une femme dynamique et terriblement sympathique mais aussi un exemple et un petit aiguillon qui ne se lassait pas de me dire " Anne, tu es auteur toi aussi, pourquoi en douter encore ? ".

Je doute toujours mais je n'oublierai pas les mots d'Annie, ceux qu'elle a prononcés, ceux qu'elle a écrit et dont certains, que j'évoque ci-dessous m'ont offert un doux partage avec une autre dame de l'Oise qui, je n'en doute pas, l'attendait à l'arrivée pour lui dire combien elle a aimé son livre.

 

Les livres d'Annie sont disponibles aux Editions du Banc d'Arguin

Le 26 janvier 2015

Voilà un livre dont je crois avoir déjà parlé sur le précédent blog mais puisque l'heure est à la relecture à voix haute, autant revenir sur ce beau récit.

Annie Mullenbach, dont vous trouverez les livres aux Editions du Banc d'Arguin, nous entraîne sur les traces de son enfance, dans les pas de l'Histoire aussi.

 

Eté 1944, dans l'Oise, un petit village au lendemain de la libération de Paris connaît, dans les derniers jours avant l'arrivée des Américains, une de ces tragédies provoquées par la folie humaine et l'armée en déroute.

La petite Annie observe sans comprendre des événements qui se bousculent et la touchent de près. Réfugiée, avec ses parents à Château-Rouge, pour fuir Beaumont-sur-Oise régulièrement victime des bombardements, la petite-fille découvre les plaisirs de la campagne et la vie au grand air.

Pourtant deux mois après leur arrivée, les maquisards multiplient les actions alors que le débarquement des alliés a déjà eu lieu en Normandie. Bon nombre de ces faits d'armes contre l'armée occupante conduiront à des représailles terribles.

Château-Rouge n'est pas épargnée.

 

Un récit écrit comme un roman, qui se lit aussi facilement qu'il se laisse écouter, pour le bonheur de chacune. Un récit qui fait ressurgir des souvenirs de cette histoire racontée par des parents, des cousins pour une autre petite fille née à la même époque que l'auteur.  

Un livre à lire sans aucun doute.

 

Et l'été les emporta, Annie Mullenbach
Commenter cet article
Q
Je ne la connaissais pas, mais, en te lisant, je me dis que j'aurais aimé la rencontrer.<br /> Je ne pourrai plus le faire qu'à travers ses écrits... alors, pourquoi pas ?<br /> <br /> Merci pour cet émouvant hommage.<br /> Bises et douce journée Anne.
Répondre
M
J'ai ce livre sur ma table de chevet, et j'ai été bouleversée en apprenant cette triste nouvelle<br /> Le temps passe si vite et nous aussi nous sommes balayés par la course des heures<br /> Tu lui a fait un bel hommage<br /> Bonne journée Anne
Répondre
P
Bonsoir Parisianne,<br /> J'ai vu au travers de votre texte toute l'amitié et l'admiration que vous portiez à cette dame.<br /> Je voudrais vous dire de ne pas oublier sa recommandation &quot;tu es un auteur toi aussi, pourquoi en douter encore&quot;. Elle ne vous disait certainement pas cela pour vous faire plaisir mais car elle le pensait. Alors, maintenant vous pourriez en quelque sorte &quot;prendre le relais&quot; l'écouter et enfin vous lancer.<br /> Ma maman qui était toute jeune fille à Paris pendant la guerre m'avait raconté son histoire qui ressemblait étrangement à celle d'Annie.<br /> Bonne nuit Parisianne
Répondre
E
je suis venue te lire ...beaucoup d'émotion chez toi et certainement doublement pour cette autre &quot;dame de l'oise&quot; ...Je ne connaissais pas ton amie et j'ai beaucoup de mal à lire et voir tout ce qui se rapporte à la dernière guerre...sans doute une &quot;mémoire&quot; qui ne veut pas s'effacer d'un Paris sous occupation à l'âge tendre et ensuite la Corse...mais mon amitié s'inquiète de ta peine<br /> <br /> je t'embrasse
Répondre
P
Bonsoir Dame Eglantine :)<br /> Oui, de l'émotion mais il reste encore de nombreuses pages à écrire et de nombreux clins d'oeil à faire à ces deux dames là, nées la même année, parties beaucoup trop tôt à un an d’intervalle.<br /> Je comprends très bien ce que vous dites de ces souvenirs trop présents pour être lus.<br /> Je vous embrasse, j'espère que vous aurez bien reçu mon message de tantôt ;)<br /> Anne
A
Merci, Anne, pour cette chronique... Un livre qu'elle avait été heureuse de m'offrir. Avec une générosité dont elle était coutumière...
Répondre