Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

La vie des livres

5 Septembre 2022, 09:00am

Publié par Parisianne

La vie des livres

Qui a dit "encore" un sujet sur les livres ?  :-)

Je vous l'accorde c'est un peu une obsession ! et le lundi normalement c'est culture et découverte ! Mais faisons une entorse à la règle que je me suis fixée et que je ne garantis pas de tenir...

C'est un livre en kit dont je vais parler aujourd'hui ! Vous savez, comme les meubles bien connus que nous avons tous un jour eu à monter en râlant un peu.

La vie des livres
La vie des livres
La vie des livres
La vie des livres
La vie des livres

Quelle surprise, en ouvrant un colis, de trouver les pages d'un livre, manifestement ancien, pour protéger son contenu. J'aime tant les livres qu'une telle maltraitance ne pouvait que me faire frissonner, d'autant plus quand j'ai reconnu quelques monuments parisiens parmi les gravures chiffonnées.

Dans le cas présent, j'étais aussi chiffonnée que les pages, le cœur déchiré à l'idée de ce beau livre malmené. Alors, malgré mon peu de goût pour les puzzles, et mon habileté et ma patience plus que limitées, je me suis appliquée à trier les morceaux de ce papier si épais sous les doigts que le simple fait de le manipuler avait saupoudré la table d'une fine poussière blanche.

La qualité du papier dans nos livres d'aujourd'hui n'a pas la tenue impeccable que l'on pourrait espérer, vous y aurez sûrement été aussi sensibles que moi. Et vous savez (pour avoir lu l'article de samedi) qu'en plus j'ai eu le privilège de m'asseoir souvent sur les piles de papier dans l'imprimerie familiale et que donc : J'aime mon confort  !

 

Morceau par morceau, j'ai trié, classé et collé comme je pouvais, parvenant ainsi à reconstituer 21 pages complètes. Il ne manque rien d'autre que les 300 pages supplémentaires constituant l'ouvrage !

Bien vite j'ai vu l'intérêt du document et constaté que dans sa barbarie, l'auteur du massacre avait eu l'amabilité de respecter l'ordre des pages et de m'offrir ainsi quelque chose d'assez cohérent bien que très incomplet !

Mais quel est donc cet ouvrage vous demandez-vous ? Il s'agit d'un guide, écrit en 1890 par un certain Constant Chmielenski, dit Constant de Tours, né en 1850, mort on ne sait quand en 19... et dont le titre : De Paris à la mer : voyage d'un petit Parisien, nous met l'eau à la bouche.

 

La vie des livres

L'amusant dans les fragments qui me sont tombés entre les mains, c'est qu'ils concernent le chapitre La Traversée de Paris, en partant du Pont d'Austerlitz jusqu'à la Concorde, autant dire le cœur de Paris avec les quais et les bouquinistes ! Finalement, j'ai de la chance !

Il s'agit en fait d'un petit bout de la troisième partie du livre, qui en compte huit pour rejoindre la mer au Havre.

Le propos général semble ne pas manquer d'intérêt et les gravures sont très belles. C'est le genre de livre que j'adore feuilleter et dont maintenant je rêve de trouver un exemplaire au cours de mes flâneries chez les bouquinistes ! 

Je ne résiste pas à la gourmandise de cette description du Jardin des Plantes :

La vie des livres
La vie des livres
La vie des livres

Au quai Saint-Bernard, nous faisons la rencontre d'une vieille connaissance parisienne : le Jardin des Plantes. [...]
Le silence de ses allées ombreuses et de ses bosquets paisibles - où se donnent rendez-vous des promeneurs de tout âge, le vieillard, l'étudiant et de jolies caravanes d'enfants - est bien troublé quelques fois par le rugissement des lions, le grognement des ours, le hurlement des loups ; au parfums des fleurs de mêle peut-être l'odeur des fauves de la Ménagerie : ça n'en est que plus agréable.
Quel joyeux souvenir laisse à tous cet aimable pensionnat d'animaux féroces [...]

La vie des livres

Sautant d'une rive à l'autre, empruntant passerelles et ponts, l'auteur nous entraîne au fil de l'eau et m'invite à courir dès que j'en aurai l'occasion, pour découvrir le Square Barye dans lequel le monument à la gloire de ce célèbre sculpteur animalier, grand ami de Delacroix vient, je crois, d'être restauré.

L'Hôtel de Ville, Le Panthéon, la Tour Clovis (beffroi d'Henri IV) et d'autres monuments sont évoqués dans cette partie intitulée "Autour des îles parisiennes". Et bien sûr, Notre-Dame. Là encore, je ne résiste pas à la citation :

Au centre de la Cité se dresse une merveille qui s'appelle Notre-Dame de Paris. "Les grands édifices, comme les grandes montagnes, a écrit Victor Hugo dans un livre immortel, sont l'ouvrage des siècles. Chaque flot du temps superpose son alluvion, chaque race dépose sa couche sur le monument, chaque individu apporte sa pierre."

La vie des livres

Notre-Dame, vaste symphonie en pierre, réunit dans les détails de sa construction toute la série des transformations de l'architecture ogivale. Au-dessus des êtres fantastiques qui habitent éternellement la grande galerie : éléphant, ours, aigle, grands singes groupés autour d'un ange qui semble, comme un berger, jouer du chalumeau pour rassembler son troupeau, des corbeaux d'un noir brillant volent en tous sens et croassent. Heureux d'errer librement dans ce merveilleux domaine, ils courent sur les sculptures, sortent des clochetons où le Temps "ôtant une pierre", leur a creusé un nid...

La vie des livres

Vous aurez, comme moi, été sensibles à la citation de Victor Hugo mais aussi à l'ironie des mots.

Là où Hugo décrit un apport de génération en génération, tant dans la construction naturelle des montagnes que dans l'œuvre des bâtisseurs, nous sommes à l'heure des constatations alarmantes de destruction.

Quant au "chalumeau", terme générique employé au Moyen Âge et à la Renaissance pour désigner les instruments à vent, il ne peut que nous faire frissonner employé pour Notre-Dame dont le tragique incendie de 2019 reste si présent à nos esprits. 

Mais poursuivons notre périple, longeons l'Hôtel de ville en saluant Etienne Marcel sur son cheval, l'Hôtel-Dieu, le Tribunal de commerce et le Marché aux fleurs avant de poursuivre vers la Conciergerie et le Pont Neuf qui supporte les mascarons de Germain Pilon !

Entre les palais de la chicane et la maison hospitalière s'encadre le luxuriant Marché aux fleurs ; souvent les parterres débordent, inondant de roses, de lilas, de marguerites ou de géraniums les quais et les ponts voisins, fleurissant les parapets sous les fenêtres des pauvres malades, embaumant l'air autour des grilles et de la lourde porte en ogive de la prison de la Conciergerie, enveloppant de parfums les créneaux de la Tour de César et les chapeaux pointus des Tours d'Argent et Bon-Bec.

La vie des livres
La vie des livres
La vie des livres

En 1792, Henri IV et son cheval furent métamorphosés en canons, et plus tard, Napoléon Ier, descendu de la colonne Vendôme, fut fondu à son tour et du bloc sortit un nouvel Henri IV à cheval, qu'à l'aide d'une souscription populaire on replaça en 1818 sur le Pont-Neuf. [...] La seconde arche de la rive droite était jadis flanquée d'une pompe, "La Samaritaine", dont un établissement de bains flottant nous conserve le nom. [...] Sur les demi-lunes, longtemps furent installées des boutiques de marchands en plein vent et sur ses trottoirs autrefois fourmillaient, dans un tohu-bohu pittoresque, baladins et chanteurs de "ponts-neufs". Le Pont-Neuf s'est assagi en vieillissant, mais il est toujours solide et soutient sa réputation passée en proverbe "se porter comme le Pont-Neuf [...].

La vie des livres
La vie des livres

Sur la rive gauche de la Seine, du Pont Saint-Michel au Pont-Neuf, le quai des Grands-Augustins aligne ses beaux arbres touffus qui protègent contre les coups de soleil les amateurs de vieux livres et qui étendent leur feuillage jusqu'au dessus des pénichiens, ces nautae de Lutèce groupés dans le port entre les bouquinistes de la rive gauche et les orfèvres d'en face.

Comme au rythme lent d'un bateau se laissant porter par le fleuve, nous poursuivons le voyage en regardant défiler sous nos yeux le panorama parisien. Ici le Louvre, les galeries du bord de l'eau, les guichets du Carrousel, là le quai de la Mégisserie (sans mégissiers) ou encore le Palais de l'Institut ; levant parfois les yeux pour admirer la jupe d'un pont, se retournant pour regarder le chemin parcouru et le coeur historique, la Cité.

Le Pont des Arts, qui va du Louvre à l'ancien Palais des Arts aujourd'hui Institut, est le premier pont de ce genre qui ait été fait en France. Il date de 1804 ; son plancher de bois, bordé d'une balustrade de fer, surmonte des arches en fer scellées dans les piles de pierre ; le profil en est très léger.

La vie des livres

Le Palais de l'Institut occupe l'emplacement de l'Hôtel et de la fameuse Tour de Nesle ; la paix, l'étude et le recueillement ont succédé aux crimes légendaires de la tour ! C'est aujourd'hui le temple de nos "immortels" qui, au nombre de quarante, forment l'Académie française. Mais c'est aussi le Palais des quatre autres académies : l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l'Académie des Sciences, l'Académie des Beaux-Arts et l'Académie des Sciences morales et politiques. Rien ne manque à sa gloire, il manquerait à celle des bouquinistes, s'il ne trônait pas au milieu d'eux. Depuis le Quartier-Latin jusqu'au Pont-Royal, s'étalent sur les bords de la Seine non seulement le bric-à-brac de la littérature et de l'art, trésors égarés sur les parapets...

La vie des livres

C'est une flânerie fort plaisante que nous a offert, sans le vouloir, celui qui a déchiré les pages d'un livre pour en protéger un autre ; je me suis prise au jeu de cette redécouverte poétique de ces lieux que, pour ma part, je parcours régulièrement.

Vous aurez, je l'espère eu autant de plaisir que moi, et si votre curiosité est piquée, n'hésitez pas à vous rendre sur Gallica, le livre est en consultation libre, je vous ai mis le lien ci-dessous, sur le titre de l'ouvrage.

Je me réjouis pour ma part de savoir que ces pages meurtries qui étaient destinées à finir à la corbeille, changeront bientôt de main pour une renaissance d'un autre type. Mais ça c'est une autre histoire !

Constant de Tours, Voyage d'un petit parisien. De Paris à la mer. Paris, Emile Gaillard, 1898

Léon Rudnicki (1873-1958) - peintre, décorateur et illustrateur. Après un passage à l'Ecole de Arts décoratifs, il se spécialisera dans l'illustration, notamment de nombreux livres d'art. Il participe également à la réalisation d'une partie des fresques de l'Opéra de Vichy.

Commenter cet article
Q
Incroyable !<br /> Mais je suppose que l'auteur du massacre ne connaissais pas la valeur du livre...<br /> En tout cas, c'est un joli sauvetage.<br /> Bises et douce journée.
Répondre
P
Je pense surtout que le livre devait déjà être très abimé et inexploitable.
E
Pardonnez leur seigneur ...ils ne savaient ce qu'ils faisaient ! :-)
Répondre
P
Pour cette fois d'accord mais il ne faudrait pas que ça se reproduise ;-)<br /> Grosses bises<br /> Anne
M
Oh comme toi j'ai du mal quand je vois de vieux livres finir ainsi ! Cela arrive parfois et tu as eu la patience de reconstituer le puzzle. Je vais souvent sur Gallica, une habitude que j'ai pris depuis des années, je n'ai pas eu la chance comme toi de vivre mon enfance dans une imprimerie familiale, mais j'ai été bibliothécaire et donc on ne se refait pas !! C'est super en tous les cas, je me suis régalée et j'aime autant les illustrations que le texte même si je ne suis pas parisienne et que je connais très peu Paris. Bon mardi
Répondre
P
J'en parlais avec un bouquiniste cette semaine, le livre devait être en très mauvais état pour finir ainsi !<br /> Bibliothécaire, quel métier merveilleux !<br /> Je suis ravie de t'avoir entraînée un peu avec moi dans Paris alors !<br /> Bon week-end<br /> Anne
C
Oh j'aurais eu la même réaction que toi ! Oui comme tu le dis au-dessous le livre était peut-être en mauvais état ... mais quand même !<br /> Belle soirée Anne<br /> Cathy
Répondre
M
Une jolie trouvaille, il faut dire que tu as eu la patience de faire cette reconstitution... <br /> Je trouve choquant également d'avoir utilisé ce livre ancien comme papier d'emballage.<br /> J'ai mis ton blog dans mes favoris.<br /> Bonne journée à toi,<br /> Mo<br /> PS : tu crois qu'avec un fer à repasser pas trop chaud, tu pourrais estomper les plis?
Répondre
P
Bonjour Mo,<br /> J'imagine que le livre devait être en très mauvais état... enfin j'espère !<br /> Je renonce à essayer de sauver ces quelques pages très abîmées mais je vais les remettre entre des mains habiles qui sauront leur offrir une vie autre pour le plaisir des yeux à défaut du bonheur des lecteurs ! Je ne renonce pour ma part pas à chercher cet ouvrage qui s'entendrait fort bien avec quelques autres déjà dans ma bibliothèque !<br /> Bonne journée,<br /> La pluie est annoncée en Picardie comme à Paris, les arbres et les fleurs vont enfin pouvoir se prélasser sous l'ondée !<br /> Anne