Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Articles avec #mots

Pour une belle année !

2 Janvier 2017, 17:40pm

Publié par Parisianne

Pour une belle année !

Difficile de savoir de quoi sera fait le chemin qui s'ouvre devant nous,

l'actualité se charge malheureusement des ombres,

Pour une belle année !

Mais gardons les yeux et le coeur ouverts aux beautés qui nous entourent,

Pour une belle année !

Soyons attentifs aux rencontres,

Pour faire de cette année

 une belle année, 

Pour une belle année !

Je souhaite à chacun d'entre vous une année pleine de paix,

de couleurs et de joies,

de découvertes et de surprises, 

Il y a forcément une lumière au bout du chemin.

Amicalement

Anne

Voir les commentaires

Il y a toujours un enfant qui regarde...

17 Janvier 2016, 21:23pm

Publié par Parisianne

Il y a toujours un enfant qui regarde...

Par le trou de la serrure, la porte entrebâillée, penché à la fenêtre ou depuis l’escalier,

il y a toujours un enfant qui regarde.

Il observe les grands, ceux qui vont le guider,

il écoute leurs chants, leurs cris, leurs volontés ;

Il y a toujours un enfant qui regarde.

Il fait siennes les colères, rancœurs, jalousies ;

il s’approprie les joies, enthousiasmes et espoirs.

Il y a toujours un enfant qui regarde,

Devant, derrière.

Dedans.

Au plus profond toujours, restera ce regard offert à l’horizon du matin jusqu’au soir, parce que tous nous savons que cette ligne au loin n’aura jamais de fin pour l’enfant qui regarde.

Voir les commentaires

Toujours sur le Pont des Arts

24 Juillet 2015, 08:17am

Publié par Parisianne

Toujours sur le Pont des Arts

Vous serez sûrement tentés de dire "encore" ! c'est vrai, il en a été question souvent ces derniers temps de cette passerelle pleine de charme et victime d'assauts tantôt pesants tantôt lourds... J'ai décrit ses maux en mots dans Transparence à la clé et L'Amour en cage, chanté l'amour libre en vous montrant le remplacement des cadenas dans l'Amour libéré, cette fois, c'est une nouvelle référence aux nouveaux parapets et au street art actuellement présent vers laquelle je vous invite à aller.

C'est un lien qu'il faudra suivre pour vous rendre sur le site d'ABS Multimédias, précédemment évoqué dans Les Mots à la bouche et dernièrement dans Des mots à la voix

Vous savez que je participe dans la mesure de mes disponibilités avec Rama pour l'enregistrement de livres audio ou de mes propres textes en écoute gratuite pour les non-voyants, entre autre.

Cette fois, Rama a mis en place sur le site de son association une rubrique Vos P'Tits papiers que j'ai inaugurée. Le but est de présenter un sujet quel qu'il soit pour le rendre accessible au plus grand nombre et notamment à des non ou malvoyants. Vous me direz que pour quelqu'un qui illustre ses articles de photos c'est un peu surprenant, et bien c'est justement là tout l'intérêt de la chose ! Dans le cas de découvertes, par exemple Chantilly et le Pont des Arts pour les deux premiers articles, je me suis appliquée à décrire les images autant que possible pour permettre à ceux qui ne le peuvent pas de les visualiser. C'est un exercice un peu compliqué mais quelle satisfaction quand on y parvient.

Alors pour encourager Rama dans son travail, pour motiver d'autres participants aux P'Tits Papiers, pourquoi n'iriez-vous pas tout simplement faire un tour sur son site en n'hésitant à laisser des commentaires, vous savez comme moi combien les signes des visiteurs font plaisir !

Vos P'tits Papiers, c'est par ici

Pour l'écouter libre de textes audio, il vous suffit de renseigner votre adresse mail, vous verrez que vous ne recevrez aucun autre message que ceux d'ABS, Rama ne vend pas son carnet d'adresse aux multiples listes de diffusion qui inondent nos boîtes mail, il bichonne ses adhérents au contraire ! 

Bonne visite, je compte sur vous pour me faire part de vos découvertes !

Merci

Voir les commentaires

Opaque transparence

5 Juillet 2015, 08:07am

Publié par Parisianne

Zadkine

Zadkine

Opaque transparence

 

Elle est là devant moi, impénétrable.

Je la regarde. M’éloigne. Reviens. Rien.

Je devrais lire en elle, depuis des mois que je l’observe chaque jour en silence ! Rien n’y fait, elle m’échappe, reste opaque. Et plus je m’obstine, plus elle me fuit. J’essaie en vain de passer à autre chose mais entêté comme je suis, c’est tout à fait impossible. Je m’agace. Il me faut fuir.

 

Ce matin, je l’ai trouvée couverte d’un voile. Qui lui a imposé cette parure insensée ?

Quand je suis arrivé d’abord, j’ai cru qu’elle n’était plus là et mon cœur a bondi. Comment était-ce possible ?

J’allais crier ma rage quand enfin je l’ai vue.

Non, c’est faux. Je ne l’ai pas vue. Je ne pouvais pas la voir. Je l’ai sentie. Je l’ai ressentie. Elle était dérobée à mon regard et je l’ai découverte.

Depuis tout ce temps elle était là sous mes yeux et j’étais aveugle.

 

J’approche, tends la main pour la toucher. Elle est là, mise à nu par le voile qui l’habille.

Les yeux fermés, du bout des doigts j’apprivoise cette pierre qui me résiste depuis si longtemps. Mes mains vont rendre ce que mes yeux ne savaient voir.

J’attrape un outil et j’attaque. Une madone naîtra bientôt, le marbre enfin m’a laissé lire en lui, elle aura le visage couvert d’une transparence diaphane.

Voir les commentaires

Transparence à la clé

1 Juillet 2015, 05:57am

Publié par Parisianne

Nous avons il y a peu parlé du Pont des Arts, à l'occasion d'une séance d'écriture, sur le thème "Transparence(s)", j'y suis retournée ! 

Transparence à la clé

Transparence à la clé

« La transparence habillera bientôt le Pont des Arts. Nous pourrons redécouvrir sur la Seine les jeux d’ors et de lumières sans avoir à nous pencher par-dessus les parapets. Nous n’aurons plus à fermer les yeux sur les cadenas qui ont enchainés tant d’amours.

Pour le plus grand bonheur des amoureux, les vrais, le Pont des Arts laissera couler le fleuve et s’envoler les promesses vers de vastes horizons. »

Tels étaient les propos du chroniqueur à la radio ce matin. Il expliquait ensuite que dès le lendemain la passerelle serait fermée pour le démontage des premières grilles dangereusement alourdies par le poids de ces petits bouts de cœurs accrochés là comme autant de serments.

J’étais à l’aube sur le Pont ce matin. Je me souvenais parfaitement de l’endroit où nous avions accroché notre cadenas, nous promettant amour éternel, fidélité à toute épreuve et tutti quanti, yeux dans les yeux comme tant d’autres l’ont fait, avant nous, en même temps que nous, et… horreur, après nous !

A quatre pattes sur le pont, je cherche en vain ce qui nous a liés. Pas question de laisser partir à la décharge ce petit bout de nous sans l’avoir au préalable ouvert. Il ne manquerait plus qu’un amour éphémère se trouve à jamais cadenassé.

Tu m’as très vite reproché d’être cachotier… ce n’est pas faux, en dépit des promesses de transparence, j’avais gardé la clé !

Transparence à la clé

Voir les commentaires

Qu'on se le dise et qu'on le dise !

30 Juin 2015, 20:19pm

Publié par Parisianne

Couverture de Solyzaan pour les Anthologies éphémères

Couverture de Solyzaan pour les Anthologies éphémères

Nous en avions parlé à l'occasion d'une volée de cloches, les anthologies éphémères sortent leur 4e opus : Le Mariage.

Vous le trouverez sur The book Edition au prix de 15.00 € hors frais de port.

Vous le savez déjà, cet ouvrage, comme les précédents, est né de la volonté de quelques bloggeuses qui ont conjugué leurs talents pour mettre en place ce projet. Avec beaucoup d'énergie et de générosité, Quichottine et ses complices ont mis en musique textes et illustrations pour constituer un recueil composé des participations de bloggeurs et bloggeuses de partout. Chacun à sa façon s'est invité à la fête avec pour seul objectif, réaliser des rêves d'enfants malades.

Les droits d'auteurs sont reversés à l'Association Rêves. Vous trouverez tout le déroulement de l'opération sur le blog des Anthologies éphémères.

La très belle couverture est l'oeuvre de Solyzaan

Quichottine, Azalais, Polly et toutes celles et ceux qui ont rendu ce projet réalisable ont maintenant besoin du plus grand nombre pour que les rêves des enfants malades deviennent réalité, à nous donc de partager. Merci à tous.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Que vos plumes s'emparent de vos jardins !

30 Juin 2015, 07:04am

Publié par Parisianne

Que vos plumes s'emparent de vos jardins !

OCTUOR ART et LANGAGE

 

Appel à textes

La manifestation Octuor Art et Langage sera de retour au chalet de Denouval d’Andrésy (78), les 20, 21 et 22 novembre prochains.

Pour impulser votre écriture, un thème fructueux :

« RENDEZ-VOUS AU JARDIN»

A cette occasion, l’association Gaz A Tous les Etages forme le comité de lecture, à la fois attentif et très exigeant, composé de professionnels (auteur, animateur d’atelier, bibliothécaire, libraire, comédien...), et d’amateurs (participant d’atelier et lecteur). Il opérera en toute subjectivité, mais –qu’on se le dise !- avec la plus grande honnêteté.

Poésie, ou prose, à votre choix ! Des « diseurs » s’approprieront les textes choisis pour les faire entendre sur scène. Nous les souhaitons vifs, drôles ou désespérés, mais toujours colorés, rythmés, et franchement typés!
Ils devront donc être écrits pour être récités ou lus à haute voix. Plutôt qu’une longueur de texte, nous vous demandons de respecter un temps de lecture de 4 minutes maximum, en lisant lentement et distinctement.

A nous adresser « à l’ancienne », sur papier A4, et en deux exemplaires, en indiquant vos noms et coordonnées (dont l’adresse mail) au dos de l’enveloppe, par voie postale à l’attention de :

Françoise Bresson, 3 chemin des Grands Heurts, 78570 Andrésy.

Avant le 15 septembre, cachet de la poste faisant foi.

Pas plus de deux textes par auteur.

 

Nous en retiendrons une vingtaine que vous nous autoriserez à dire, éditer et diffuser, en renonçant à vos droits d’auteur dans le cadre de cette manifestation. Les textes retenus nous seront ensuite adressés par mail.

 

PETITE PISTES EN LITTERATURE

Jardin d'Éden, jardin de pierreries de l'Épopée de Gilgamesh, œuvres phare de la culture occidentale (cartes du tendre ou des jardins utopiques des littératures médiévale et renaissante) ou asiatique (haïkus...), il a de tous temps inspiré la littérature. Entre l’intime et l’extérieur, entre l’individu et le social, cet espace à part reconfigure le monde à sa façon, à travers la nature choisie, civilisée, idéalisée, à l’abri derrière sa clôture.
Le jardin sera tour à tour lieu de fusion ou de désenchantement, métaphore ou symbole de l'intimité et de la subjectivité, à l’érotique parfois discrète ou revendiquée. Motif narratif pour raconter une histoire jusqu’à la fin du XIXe, il devient avec le XXe le prétexte de textes, qui valent plus par la langue qui les compose que par leur description et les péripéties qu'ils déclenchent.

****

Que le temps d’un été, ce carré de jardinage vous mette en joie !

Gwenaëlle Leprat et Françoise Bresson

Voir les commentaires

Jeux de société

11 Mars 2015, 21:47pm

Publié par Parisianne

Une tragédie aux nouvelles dès le réveil.

Un groupe d'écriture, Octoplume ;

un thème : Jeux de société.

Un hommage à ma façon à ceux qui ont perdu la vie pour distraire celle des accros de la télé, triste réalité.

Et un clin d'oeil à Jean-Marc qui m'a aidée pour les termes afférents aux jeux de cartes.

Arènes de Lutèce

Arènes de Lutèce

Quitte ou double,

Vrombissement pesant. Euphorie. La terre aspirée par un souffle recrache sa poussière sur la foule présente. Tu es poussière…

Ils sont dix, vingt, portés par le rire, la volonté et le courage, le jeu en société. La première équipe est sur le départ. Les jeux sont faits. Trois sélectionnés pour le premier voyage. Tiercé perdant. Dernier voyage.

C’est un coup de poker. Il regarde hébété. Poker menteur. On aurait pu tirer au sort, pense-t-il. A la courte paille comme lorsque nous étions enfants et que l’un devait forcément se sacrifier.

Le sort tomba sur le plus jeune… pas seulement.

Après le grondement, le silence tombe sur l’autre équipe restée sur place, au tapis, chaque membre assommé sans bataille. Les cartes ont été distribuées, et personne n’a pu jouer son va-tout.

 

Il s’écroule, tombe à genoux, lui le sportif des extrêmes, lui le caïd des pelouses. Il s’écroule et il pleure. Les jeux sont faits, la réalité a frappé, enfermant le drame dans les écrans de télé toujours plus en quête de sensationnel. Et ils iront tous de leurs larmes, de leur couplet désespéré. Jusqu’au prochain…

Quitte ou double… un nouveau jeu sera alors distribué. De tout temps les gladiateurs entreront dans l’arène, volontairement c’est vrai, mais le public reste le même, toujours plus avide. Jeux de société.

 

Voir les commentaires

Jouer avec les mots

8 Février 2015, 20:51pm

Publié par Parisianne

Dernièrement, une soirée bien entourée pour jouer avec les mots et le thème était " le cadeau ". 

Je vous livre ma contribution un brin laborieuse il faut bien l'avouer. 

Ecrire, c'est une chose, écrire en compagnie sur un thème imposé et dans un temps imparti plutôt court, en est une autre. Je crois que ce qui est le plus dur pour moi c'est d'avoir du monde autour et de devoir lire ma production. C'est donc pour cela que je participe à des ateliers d'écriture, hsitoire de me booster un peu :)

********

Cette journée avait été magique. Soleil, lumière et des couleurs à ne savoir qu’en faire. Je rentrai ravie, charmée aussi d’avoir fait la découverte d’un site inconnu, menacé d’après ce que l’on disait. Les Serres d’Auteuil s’étaient offertes à moi dans leurs plus beaux atours.

Quelques jours plus tard, en glissant ma main dans une poche de ma veste, j’y retrouvai une poignée de graines. Un jardinier occupé à l’entretien des nombreuses plantes – et qui n’avait pas été avare d’explications – m’avait fait un joli cadeau : quelques grains de café, plusieurs graines de coton. Je les avais acceptés avec enthousiasme… et oubliés aussitôt.

Pressée comme toujours, j’enfonçais du bout du doigt ces malheureuses dans un pot pour mieux les oublier encore.

Il fallut quelques semaines pour que je mesure enfin la beauté du présent.

Lorsque je vis sortir de terre une petite pointe blanche, puis une autre et une autre encore, ma surprise n’eut d’égale que ma joie. Je devins alors une observatrice attentionnée et pris, de jour en jour, un plaisir infini à voir naître ces graines sur lesquelles je veillais comme une chatte sur ses petits.

Le coton n’a pas résisté à sa croissance rapide mais le café s’étoffe : 4 ans, 3 cm !

Rendez-vous dans vingt ans, je vous offrirai un ptit noir !

Jouer avec les mots

Voir les commentaires

Espace

11 Décembre 2014, 21:47pm

Publié par Parisianne

Espace

Jeu du jour à l'Atelier d'écriture d'Alice. 

A partir de quelques mots, dire un lieu.

****

C’est « espace » qui me viendra en premier. Pas de limite. Pas de barrière.

Le « vent » viendra tout de suite derrière, celui qui chante, celui qui hurle ou bien bouscule, ce vent puissant qui m’accompagne, que je saisis du bord des yeux lorsqu’il brutalise le sable, gifle les vagues.

Et la « lumière » suivra le vent. Il n’est pas besoin de soleil. Même d’un ciel goudron, le ciel et la mer réunis feront naître la lumière. Ils y joindront bien quelques plumes d’écume. Et la lourdeur sera légère.

Je marcherai alors des heures, la mer pour compagne de doute ; les oiseaux sentinelles distantes pour m’indiquer la marée par leur danse gourmande.

Je marcherai, le nez au vent dans la lumière du levant, en communion de nature, guettant l’arrivée d’un phoque curieux taquiné par une mouette rieuse.

C’est là ce que j’aime, qui me parle en silence et me donne la force. Espace vierge. Sans histoire dans la pierre, sans rue et sans chemin.

Espace. Silence.

Espace

Voir les commentaires

1 2 3 > >>