Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Immortelle randonnée, Jean-Christophe Rufin

2 Juillet 2013, 05:39am

Publié par Parisianne

Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi, de Jean-Christophe Rufin, éditions Guérin.

 

Ce Chemin là gardera pour moi une saveur particulière, non pour l'avoir parcouru réellement mais simplement parce que j'ai lu ce livre à voix haute, pour le partager avec  une personne qui m'est particulièrement chère et qui se trouve dans l'incapacité de lire. Et nous avons toutes deux apprécié ce cheminement, extrêmement bien écrit, merveilleusement décrit.

On ne présente plus Jean-Christophe Rufin, on ne présente pas le pélerinage de Saint-Jacques de Compostelle mais la rencontre des deux ne peut laisser indifférent. L'auteur nous donne à voir ici non seulement le chemin mais également son chemin, avec un regard tantôt critique, tantôt admiratif mais toujours vif et souvent drôle.

De belles rencontres, de magnifiques descriptions, un cheminement intérieur très riche, voilà de quoi offrir un très beau moment de lecture. 

Au-delà de l'idée du pélerinage en lui-même, qui pourrait rebuter certains, c'est à une véritable introspection que nous invite l'auteur, en posant simplement la question de ce que l'on doit mettre dans sa mochila, entendez par là sac à dos que le pélerin marcheur allège chaque jour davantage. Cette façon de se départir de certaines affaires jugées indispensables au début du Chemin, offre une véritable interrogation sur soi-même.

Entre réflexions philosophiques, portraits et émerveillements, Jean-Christophe Rufin nous fait vivre son Chemin pour notre plus grand plaisir.

 

"C'est à ce moment, au creux de la détresse, qu'il devient le plus tentant de se raccrocher à la dimension religieuse du pélerinage. A vrai dire, on l'avait presque oubliée, en tout cas sur le Chemin du nord où circulent peu de pélerins, tant l'atmosphère générale est profane et tant il est rare que quiconque aborde ce sujet. Cependant, quand les fraîches évocations du début se sont taries, quant on a échoué à discipliner sa pensée en lui assignant des objectifs sérieux, quand en somme, le vide menance et, avec lui, le triomphe de l'ennui et des petits embarras du corps, la spiritualité apparaît comme une planche de salut. Elle a, sur la pensée profane, le grand avantage d'être soutenur par les multiples références religieuses qu'offre le paysage, pour peu qu'on veuille bien y prêter attention."

 

 

 

 

 

Immortelle randonnée, Jean-Christophe Rufin
Commenter cet article
W
Your blog has always attracted me and this particular post left me speechless.I didn’t really understand what is meant by immoral hiking but this is good.It is one of the best pieces of writing I have seen. Good job.
Répondre
A
Oui c'est un livre tres humain et fraternel. Un beau moment de lecture aussi, avec des moments drôles. C'est aussi une grande sobriété du style, qui donne au livre une grande force
Répondre
P
OH ! Anne, comme cet article me touche !!!!! Ce sont des moments que tu garderas au plus profond de ton coeur et de ta mémoire.
J'ai lu beaucoup près de mon mari, un fauteuil touchant notre lit puis le lit de l'hospitalisation à domicile - nous parlions beaucoup - mon mari ne voulait plus regarder la télévision, sauf quelques émissions que nous avions beaucoup de plaisir à regarder tous les deux.
Un jour, je lui ai proposé de lui lire le théâtre de Sacha Guitry dont il était FAN ! Mais ce n'était pas évident ; alors j'ai pris l'autre volume : cinquante ans d'occupation et je pouvais prendre au hasard un châpitre comme notamment "toutes réflexions faites" ou "l'esprit" et comme il en avait cet auteur. !!!
Mon mari était "mon" dictionnaire vivant et ouvrir au hasard l'encyclopédie des citations.......
D'y penser me bouleverse encore, mais quel moment précieux.
Aussi lorsqu'il fut hospitalisé, au début, il écoutait de la musique, mais ensuite, ce fut la lecture qui lui permettait de s'échapper un peu de son mal.
J'espère que tu m'annonceras de bonnes nouvelles - je ne t'oublie pas et je t'embrasse.
Répondre
M
Où donc est passé mon premier commentaire ? mystère !
Répondre
M
Je reviens ! Je voulais te dire que tu as du faire plaisir à cette personne, qui, sans doute te touche de près Anne, j'espère que son état s'améliore, je t'embrasse bien fort
Répondre