Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Frédérique Trigodet, Vent fou

18 Juin 2021, 08:28am

Publié par Parisianne

Frédérique Trigodet, Vent fou

J'ai des désirs de jeune homme : j'aimerais m'enfuir pour courir le monde, un sac léger sur le dos et me délester de ce qui m'encombre ; j'aimerais faire de l'auto-stop jusqu'en Norvège ou en Ecosse ; dormir à la belle étoile ; ne penser qu'à l'étape du lendemain.
Le temps d'une glace, j'y crois. Tandis que j'attaque le cornet croustillant, je me dis "Pourquoi pas ?" [...]
Claire dirait que je vais regretter la glace et le café, quand une fois couché, mon foie et mes intestins se provoqueront et joueront à qui sera le plus acide.
Mais je m'en fous ! J'ai encore quelques heures devant moi pour parcourir le monde, même si cela se résume au cœur de Florence. Pas si mal ! Au moins, c'est un cœur qui bat, un cœur qui vit.

Le cadeau

Frédérique Trigodet signe là un joli recueil de nouvelles plein de fraîcheur, pétillant et tendre.

Des nouvelles aux titres qui se déclinent comme une page de vie : Une carte d'identité, Médecin de famille, Choisir un livre, Trousseau de clés...

Mais la vie n'est jamais si simple qu'elle veut bien nous le faire croire : Une vie en épingles, Une vie de crayon, Pas pour une fille...

Et c'est avec une grande spontanéité que Frédérique Trigodet nous guide pour découvrir Agnès à travers les yeux de ses proches. Agnès qui est peut-être un peu elle, peut-être un peu nous. Beaucoup la vie.

Un très joli moment de lecture, et un recueil dans lequel je reviens, quelques semaines après l'avoir lu, juste pour y picorer quelques minutes d'un grand plaisir.

Vous avez toutes les informations concernant le livre sur le lien vers Zonaires Editions en bas de page. N'hésitez pas à flâner sur le site de cette petite maison pleine de pépites, vous y croiserez des auteurs déjà évoqués et pleins d'autres talents.

Et je vous livre un dernier extrait, Frédérique ne m'en voudra pas ! J'ai une tendresse particulière pour Caillou !

Quand je ne me sens pas en forme, je deviens caillou.
Parfois, un galet gris bleuté, couleur de mer sous la pluie ; d'autres fois, une pierre blanche translucide, tatouée de granit. Il m'arrive de me transformer en galet noir, ni rond, ni ovale, petite éponge volcanique qui se réchauffe dans le creux de la main. Et lorsque je me fais silex, je deviens éclat brun aux bords inégaux, cassés puis lissés par l'eau de la rivière et par le temps.

Caillou

Frédérique Trigodet, Vent fou

Commenter cet article
M
Un compte-rendu très attirant.
Merci Anne
Bises de bon week-end
Répondre
Q
Et merci pour l'invitation à le découvrir.
Ce que tu nous en montres fait envie.
Passe une douce soirée. Je t'embrasse.
Répondre