Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Marie-Victoire Nantet, Camille et Paul Claudel, Lignes de partage

11 Février 2021, 12:30pm

Publié par Parisianne

Marie-Victoire Nantet, Camille et Paul Claudel, Lignes de partage

La parole n'est qu'un bruit et les livres ne sont que du papier.

Paul Claudel, Tête d'or

Aucune citation pour ce livre riche et dense qui réjouira tous les passionnés des Claudel. 

Ne vous fiez pas à ma photo, ce n'est pas un livre sur Camille, mais bien une étude très intéressante et documentée sur Camille ET Paul, leur vie mais surtout leur œuvre. 

Marie-Victoire Nantet est la petite-fille de Paul Claudel, et dans cette très intéressante étude, elle établit un parallèle entre l'œuvre des deux artistes, la façon dont ils se sont nourris l'un de l'autre, leurs chemins parallèles et pourtant si proches.

Je reconnais avoir une connaissance très succincte de l'œuvre de Paul, et avoir même un certain a priori, très probablement lié à mes nombreuses lectures sur Camille et notamment ma lecture de sa correspondance dans laquelle elle n'a de cesse d'appeler son frère à son secours, en vain.

J'ai été toutefois très sensible au questionnement de l'auteur dans son étude à propos justement de la notoriété soudaine de Camille ces dernières années, au détriment de Paul. N'avons-nous pas été influencés par le cinéma qui nous a montré une artiste malmenée par la vie, nous incitant à en oublier presque qu'elle était tout de même malade.

Je ne cherche pas d'excuse à personne et reste une fidèle et entière admiratrice des sculptures de Camille. Mais je me dis que peut-être j'ai été un peu trop sévère ! Je ne suis pas certaine pour autant que je reviendrais de si tôt aux ouvrages de Paul, sa littérature me semble un peu hermétique ! mais cela n'engage que moi !

Marie-Victoire Nantet, Camille et Paul Claudel, Lignes de partage

Je ne suis pas triste ! L'oiseau chante et je chanterai aussi ! Qu'il chante et je chanterai aussi !
Et ma voix s'élèvera comme la force de la flûte.
Plus haut, plus fort ! emplissant la ville et la nuit.

Paul Claudel, Tête d'or

Commenter cet article