Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les musardises de Parisianne

Marguerite Duras, Agatha

16 Octobre 2017, 14:05pm

Publié par Parisianne

Marguerite Duras, Agatha

Agatha, pièce de Marguerite Duras, 1981
mise en scène de Hans Peter Cloos avec Florian Carove et Alexandra Larangot.

Ce n'est que deux jours avant la dernière que j'ai pu voir cette pièce, grâce à Xavier de l'Agence Attitude, encore et toujours. Honnêtement, je ne me serais certainement pas laissée tenter par ce thème si Xavier ne m'y avait pas incitée. 

"L'inceste ne peut être vu du dehors. " Marguerite Duras

Et c'est bien ainsi que Cloos s'approprie ce texte si difficile, de l'intérieur, dans une forme de dialogue -presque un dialogue de sourds parfois- dans lequel les deux protagonistes évoquent la puissance de leur amour interdit et dévastateur s'exprimant à la première ou à la troisième personne, s'adressant l'un à l'autre ou relatant simplement des souvenirs.

Dans la maison vide et abandonnée de leur enfance, après la mort de leur mère, le frère aîné et sa jeune soeur se retrouvent. Elle lui a fixé rendez-vous pour lui annoncer son départ définitif et surtout loin de lui. Ils évoquent alors tantôt avec tendresse, tantôt violemment leurs souvenirs d'enfance et la naissance de cet amour que leur mère elle-même qualifie sur son lit de mort d'inaltérable :

"Vous avez la chance de vivre un amour inaltérable et vous aurez un jour celle d'en mourir".

Le texte se construit douloureusement nous enfermant nous-même dans une sorte d'étau, sentiment renforcé par la violence latente et les projections de scènes de films en noir et blanc (dont je serais bien incapable de vous donner les titres mais qui accentuent le sentiment de malaise). L'utilisation des nouvelles technologies (projections) mais aussi film fait directement par les acteurs que l'on voit donc en deux plans apporte une modernité incontestable toutefois un peu dérangeante.

Le thème est difficile, la performance des acteurs n'en est que plus grande. La jeune Alexandra Larangot, qui faisait là ses débuts sur les planches, irradie de sensualité et de volonté face à un Florian Carove déroutant de violence et de passion.

On ne peut rester insensible à ce thème porté par une écriture et une mise en scène très modernes, chacune dans son époque !

 

"D'autres que nous qui connaîtraient cette histoire pourraient dire "C'est cette impossibilité dans laquelle il se tenait, lui, de partir d'elle, qui a fait qu'elle, elle ait pu envisager de partir de lui".

La pièce n'est malheureusement plus à l'affiche mais surveillez le nom des acteurs et en attendant qu'elle revienne, lisez Duras ! 

Marguerite Duras, Agatha
Marguerite Duras, Agatha
Commenter cet article
V
je ne connaissais pas, mais j'ai peu lu Duras... gros bisous Anne. cathy
Répondre
M
Bonjour Anne,

Duras n'est pas un auteur facile. Je ne suis pas sûre ne vouloir faire l'effort de lire ou d'assister à la repésentation d'une telle pièce de théâtre. Un thème difficile même s'il est porté par d'excellents acteurs.
Merci pour cet interessant compte-rendu
Bises
Répondre
Q
Je ne sais pas si j'irai le voir... mais tu as raison, il faut que je relise Duras. :)
Merci pour ce partage, Anne.
Répondre